En ce moment
 

Pascal Pavageau démissionne de la tête de Force ouvrière

Pascal Pavageau démissionne de la tête de Force ouvrière
Le secrétaire général de Force Ouvrière Pascal Pavageau à Matignon, le 30 août 2018 BERTRAND GUAY

Le secrétaire général de Force ouvrière, Pascal Pavageau, a annoncé mercredi sa démission, à la suite de la révélation par le Canard enchaîné d'un fichier controversé sur les dirigeants du syndicat.

"Je démissionne", a déclaré M. Pavageau à l'AFP, indiquant qu'il adressait un courrier à tous les membres du Comité confédéral national (CCN), le "Parlement" de l'organisation, pour les en informer, de même qu'aux adhérents du troisième syndicat français.

"Aujourd'hui, je rends le mandat que vous m'avez confié à 96% il y a tout juste six mois. Je rends le mandat parce que j'y suis contraint face à la violence et à la haine de certains qui exigent de moi des sacrifices que personne ne devrait avoir à faire: vivre à genoux, une laisse autour du cou, sans plus aucune ambition pour FO et en me séparant de ceux que j'aime. Je suis un militant, pas un martyr", écrit le désormais ex-numéro un de FO, dans ce courrier, dont l'AFP a obtenu copie.

Le syndicat est en crise depuis la révélation la semaine dernière, par l'hebdomadaire satirique, de l'existence d'un fichier sur ses cadres.

"Pour l'ensemble de ces documents et ces erreurs de fonctionnement qui ternissent l'image de notre organisation ainsi que mes actions, je vous présente sincèrement mes excuses", écrit le désormais ex-numéro un de FO.

"Visiblement, la cabale ne s'arrêtera pas là. Je savais qu'en acceptant le mandat de secrétaire général, tous mes actes seraient passés au crible, mais jamais à ce point", poursuit-il.

Il indique que la Cnil s'est saisie de l'affaire et que la confédération "a déposé plainte pour la diffusion de ces documents, certes stupides et déplacés mais confidentiels". Il ajoute redouter d'autres diffusions de documents confidentiels après le "vol effectué dans le bureau de la responsable du personnel le 1er octobre 2018, pour lequel tant cette personne à titre individuel que la Confédération ont déposé plainte".

En outre, Pascal Pavageau y adresse un long réquisitoire contre les "camarades", à qui il demande ironiquement d'être "fiers du mal" qu'ils lui ont fait ainsi qu'à FO, "en choisissant de faire passer (leurs) intérêts personnels, (leur) petit pouvoir ou (leur) aigreur avant tout".

"Tout ce petit monde ne cherche pas uniquement à ce que des têtes tombent, mais poussent aussi par leurs agissements intéressés à ce que notre organisation cesse de bouger et que certains tiroirs ne soient jamais ouverts", assure-t-il. "La première chose que vous avez cherché à m’imposer d'arrêter est la mise en place d'un audit sur l’état des finances internes", ajoute Pascal Pavageau.

Il s'insurge aussi contre les attaques sur sa vie privée, notamment contre son fils, et "jusqu'à" son chat. Il y annonce également, sans la nommer, que sa directrice de cabinet, Cécile Potters, à l'origine du fichier, est également sa compagne "dans la vie": "son influence, l'oreille plus qu'attentive dont elle dispose dérange beaucoup".

"J'ai résisté tant que j'ai pu, j'ai revendiqué chaque jour de ma vie, je n'ai pas su reconquérir", conclut-il dans ce courrier, qui sera son unique expression publique à ce stade.

La réunion de la direction élargie, composée de 35 membres, prévue mercredi matin, a tout de même été maintenue, pour décider de convoquer le CCN, et "tourner la page" Pavageau, a indiqué un des membres.

Vos commentaires