En ce moment
 
 

Pays-Bas : Thierry Baudet, "dandy politique" aux accents populistes

Pays-Bas : Thierry Baudet,
Le chef du Forum pour la démocratie (FvD) Thierry Baudet parle à la presse le 21 mars 2019 à La HayeRobin Utrecht

Ancien universitaire passé à la politique, Thierry Baudet a bouleversé le paysage politique néerlandais en remportant mercredi une victoire bluffante aux élections provinciales, faisant de son parti le plus important du Sénat.

A 36 ans, cet adepte de discours lyriques truffés de références classiques est le dernier d'une série de populistes flamboyants ayant déboulé avec panache au premier plan politique aux Pays-Bas.

Sa formation, le Forum pour la démocratie (FvD), est devenue un véritable parti politique en 2016, avant de faire son entrée à la Chambre basse du Parlement lors des dernières législatives en mars 2017.

M. Baudet, d'origine franco-indonésienne, s'est appuyé sur un physique élégant et une forte présence sur les réseaux sociaux pour arrondir les angles d'une vision politique sans équivoque: le FvD est hostile à l'immigration, euro-sceptique et climato-sceptique, comme d'autres partis de la droite populiste européenne.

M. Baudet, docteur en droit, né le 28 janvier 1983 à Heemstede, près d'Amsterdam, a démontré toute l'étendue de ses références classiques dans son discours de victoire mercredi en évoquant "la chouette de Minerve" (Minerve, l'équivalent romain d'Athéna, déesse grecque de la sagesse et de la science, était souvent représentée avec une chouette représentant la philosophie).

- "Dandy politique" -

S'il ne cache pas ses positions anti-immigration, Thierry Baudet n'utilise pas la rhétorique anti-islamiste de son rival politique, le député extrémiste Geert Wilders, leader du Parti pour la liberté (PVV), qui a perdu des sièges au Sénat.

Le message de M. Wilders ne "résonne tout simplement pas autant qu'avant", estime Pepijn Bergsen, responsable de la société de conseil Flint Global.

"Baudet a très bien réussi à élargir ce message pour en faire un récit plus large, populiste", et a également réussi à grapiller des électeurs du parti de centre-droit du Premier ministre, le VVD, et des progressistes de D66 à gauche, analyse M. Bergsen.

Thierry Baudet a explosé en 2017 lorsque son Forum pour la démocratie a remporté deux sièges à la chambre basse du parlement. Il était auparavant connu pour avoir écrit plusieurs livres, dont l'un intitulé "Oikophobie: la peur de soi", un thème clé du populisme faisant référence à la restauration de l'État-nation.

Sur ses comptes Instagram et Twitter, Baudet se montre adepte d'activités culturelles telles que le piano ou les échecs. Une photo a récemment fait le buzz, sur laquelle il pose nu au bord d'une piscine, la main droite recouvrant son sexe. Depuis, il a gagné le surnom de "dandy politique".

Mais il s'est aussi attiré des critiques en s'affichant avec des personnages controversés. Certains le décrivent comme le visage européen télégénique de la politique populiste menée par le président américain Donald Trump.

- 'Fusée populiste' -

Baudet s'est notamment affiché avec le polémiste ultra-conservateur britannique Milo Yiannopoulos, chantre du nationalisme blanc aux Etats-Unis, récemment honni pour ses commentaires sur les tueries dans des mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Sur d'autres photos, Baudet pose avec le Britannique pro Brexit Boris Johnson ou encore avec son "mentor" Roger Scruton, philosophe britannique aux positions ouvertement anti-islamistes et soutien du Premier ministre populiste de Hongrie, Viktor Orban.

Baudet a également appelé à des relations plus étroites avec la Russie et tenus par le passé des commentaires controversés sur l'égalité entre hommes et femmes.

Mais il a touché un nerf au sein de la société néerlandaise, connue pour sa tolérance mais divisée sur le modèle d'intégration des étrangers. "Je vote pour Baudet parce qu'il est moins agressif que Wilders envers les musulmans", déclare cette habitante âgée d'Utrecht, théâtre lundi d'une tuerie potentiellement "terroriste".

Bert Wagendorp, éditorialiste du quotidien de référence De Volkskrant, a placé Baudet dans une tradition politique initiée par Pim Fortuyn, assassiné il y a 17 ans.

"Baudet est le troisième étage de la fusée populiste néerlandaise lancée par Pim Fortuyn en 2002, boostée par Geert Wilders et actuellement envoyée sur la lune par Baudet", écrit-il.

Vos commentaires