En ce moment
 
 

Premier festival en intérieur après plus d'un an en France

Premier festival en intérieur après plus d'un an en France
 
 

Depuis hier, l'Olympia, à Paris, réouvrait ses portes au public avec le festival des Inrocks. Une première depuis plus d'un an.

Sept mois que L'Olympia n'avait pas accueilli de concert en public: la salle parisienne mythique remet le son en accueillant le festival des Inrocks, jeudi et vendredi, avec La Femme, Yelle ou encore Chilly Gonzales.

Et le premier groupe dans l'ordre de passage sera... Catastrophe. Le nom de ce collectif déjanté est un beau pied de nez à une soirée qui a, au contraire, tout du rêve pour un secteur des musiques actuelles après plus d'un an de cauchemar.

"Cet évènement, c'est une grande satisfaction et elle est symbolique: le festival des Inrocks est le premier festival en intérieur à repartir en France alors qu'il fut, bien malgré lui, en mars 2020, le dernier en intérieur, le Covid-19 ayant éteint ensuite la lumière dans toutes les salles", commente pour l'AFP Ruddy Aboab, programmateur du festival.

Ce n'est pas encore le monde d'avant. La jauge sera de 65%, soit 1.200 personnes autorisées, assises avec masque, sans bar ni vestiaire. "On s'adapte en fonction de la réglementation, il faudra gérer le pass sanitaire sans oublier qu'on est toujours sous régime Vigipirate, ça fait beaucoup mais on le fait", décrit à l'AFP Christian Soulabaille, l'un des directeurs généraux de L'Olympia.

"Rouvrir L'Olympia, ça nous émeut", confie à l'AFP Blandine Rinkel, cheffe de bande de Catastrophe. "Ça nous donne envie de nous dépasser; on a appris la possibilité de ce festival au dernier moment, c'est comme un karma qui se renverse puisque jusqu'ici on était toujours empêchés dans nos mouvements au dernier moment", poursuit-elle.

- "Plus vivant" -

"Catastrophe, c'est le bouleversement en grec; le mot fait sens, il y a eu beaucoup de détresse pendant cette année et demie, avec son lot de précarité, de peine, de mort, on ne sait pas comment sera la suite mais on essaye d'ouvrir un ensuite plus vivant", développe l'artiste.

Ce groupe a été choisi pour lancer la fête avec son sens du show entre musique, chanson, danse, scénographie et lumières. "C'est un groupe merveilleux sur scène, fort, émouvant, romantique et lucide sur l'époque", dépeint Ruddy Aboab.

Catastrophe est couvé par le label Tricatel du producteur-dandy Bertrand Burgalat, "hyper heureux", comme il le dit à l'AFP, de voir ses protégés programmés en premier. "D'autant que le dernier festival des Inrocks en mars 2020 s'était fini avec Chassol", un autre de ses poulains, comme il le rappelle amusé.

La dernière fois que L'Olympia avait rouvert ses portes au public pour un concert, c'était pour Vincent Delerm en octobre 2020 (dans la foulée d'une permière réouverture avec Brigitte Fontaine un mois plus tôt). Depuis, en dépit des reconfinements, la célèbre salle aux lettres rouges sur la façade n'était pas restée inactive, recevant, entre autres, la cérémonie des Césars. Sans oublier des tournages, comme celui d'un clip de Grand Corps Malade au titre emblématique, ironique et revendicatif pour le secteur culturel, "Pas essentiel".

"C'était important pour nous, pendant toute cette période, d'être un des porte-paroles d'un monde de la culture qui a souffert", souligne auprès de l'AFP Laurent de Cerner, autre directeur général de L'Olympia. "Avec le festival, on sent une vraie appétence du public, on est ravis, on sent que ça va repartir", se réjouit-il.

La programmation a le mérite de ne pas proposer que des artistes français, alors que les internationaux ont toujours du mal ou des réticences à se déplacer. Chilly Gonzales, showman né, est un Canadien qui réside en Allemagne (après avoir vécu un temps à Paris), tandis qu'Altin Gün est un groupe basé aux Pays-Bas qui revisite le rock psychédélique turc. Bonnie Banane, présentée comme une héritière de Catherine Ringer et Brigitte Fontaine, complète l'affiche. La Femme, le premier soir, devrait faire beaucoup de bruit avec son single "Foutre le bordel", hymne du lâcher prise cher aux habitués des concerts.




 

Vos commentaires