En ce moment
 
 

Présidentielle en Bolivie: vers une victoire susprise de Morales, des incidents éclatent

A découvrir

De violents incidents ont éclaté lundi à travers la Bolivie, à l'annonce de nouveaux résultats partiels qui donnent le président sortant Evo Morales vainqueur au premier tour, dans un revirement inexpliqué dénoncé par son opposant et les observateurs.

A Sucre, la capitale constitutionnelle, une foule a mis le feu au tribunal électoral départemental, tandis que des affrontements avec la police se produisaient à La Paz (ouest) ou à Potosi (sud-est), et que le local de campagne du parti au pouvoir était saccagé à Oruro (ouest), ont rapporté La Razon digital, Los Tiempos et l'AFP.

"Fraude!", "fraude!", "fraude!", pouvait-on entendre dans certaines des vidéos mises en ligne.

Ces manifestations intervenaient après que les autorités électorales, sans aucune explication, ont repris lundi soir le décompte rapide des voix interrompu la veille.

Lundi à 21H00 (01H00 GMT de mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa, à 36,73%, selon 95,3% des bulletins dépouillés. Soit un écart de 10,14 points de pourcentage.

Pour s'imposer dès le premier tour, le candidat en tête doit obtenir la majorité absolue ou au moins 40% des voix avec 10 points de pourcentage d'écart sur le second.

Une situation dénoncée par les observateurs de l'Organisation des Etats américains (OEA), présents en Bolivie pour l'élection présidentielle.

"La mission de l'OEA fait part de sa profonde inquiétude et surprise face au changement radical et difficile à justifier concernant la tendance des résultats préliminaires, après la clôture du scrutin" dimanche soir, qui ouvraient la voie à un second tour entre le président sortant Morales et son principal adversaire Carlos Mesa, selon un communiqué.

"A 20H10 hier (dimanche), par une décision de son assemblée plénière, le TSE a cessé de diffuser des résultats partiels, avec plus de 80% des bulletins dépouillés. 24 heures plus tard, le TSE a publié des chiffres avec un changement inexplicable de tendance qui modifie drastiquement l'issue de l'élection et entraîne une perte de confiance dans le processus électoral", a ajouté le texte.

Dans la soirée, Carlos Mesa a dénoncé une "fraude" et annoncé qu'il ne reconnaissait pas les derniers résultats provisoires.

"Nous n'allons pas reconnaître ces résultats qui font partie d'une fraude réalisée de manière honteuse et qui est en train de placer la société bolivienne dans une situation de tension inutile", a déclaré M. Mesa à des médias à Santa Cruz (est).

Pour l'heure, les résultats officiels n'avaient pas été proclamés.

- "Corrompre la démocratie" -

Lundi matin, dans le hall de l'hôtel où s'est réuni le TSE, M. Mesa, 66 ans, qui revendique être au second tour, avait appelé à la "mobilisation citoyenne jusqu'à ce que le résultat final soit connu".

"Les Etats-Unis rejettent la tentative du tribunal électoral de corrompre la démocratie bolivienne en retardant le dépouillement et en prenant des décisions qui nuisent à la crédibilité des élections boliviennes", a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint chargé de l'Amérique latine, Michael Kozak, dans un tweet.

"Nous appelons le TSE à rétablir la crédibilité du processus de dépouillement", a-t-il ajouté.

"Si ce pays sombre dans une guerre civile, ce sera la responsabilité du gouvernement", avait prévenu le dirigeant du Comité national de défense de la démocratie (Conade, organisation citoyenne proche de l'opposition), Waldo Albarracin.

Ce dernier a été frappé au visage par des inconnus lors d'un rassemblement à La Paz. Une vidéo de lui, le visage en sang, était diffusée par les médias locaux.

Côté gouvernement, le ministre de la Communication Manuel Canelas a appelé à attendre le résultat final du TSE, soulignant qu'"aucun de nous n'a intérêt à faire monter la tension".

Dimanche après les élections, le chef de l'Etat de 59 ans avait dit, lui, faire confiance au vote des zones rurales pour éviter un second tour.

La décision de M. Morales de briguer un quatrième mandat, malgré le "non" lors du référendum de février 2016, est très mal vue par une partie des Boliviens et critiquée par l'opposition, qui estime que le pays pourrait verser dans l'autocratie en cas de nouvelle victoire.

En outre, les gigantesques incendies qui ont récemment ravagé une partie de la Bolivie ont provoqué l'indignation des peuples indigènes, qui accusent Evo Morales d'avoir sacrifié la Pachamama, la Terre mère en langue quechua, pour étendre les terres agricoles et augmenter la production de viande destinée à la Chine.

Vos commentaires