Prise d'otages dans un supermarché en France: Arnaud Beltrame, le gendarme héroïque, est décédé

L'officier de gendarmerie qui s'était livré en échange de la libération d'otages lors d'attaques vendredi dans le sud-ouest de la France au nom du groupe Etat islamique est mort, a annoncé samedi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame nous a quittés. Mort pour la patrie. Jamais la France n'oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice", a écrit sur son compte Twitter le ministre français. "Le cœur lourd, j'adresse le soutien du pays tout entier à sa famille, ses proches et ses compagnons de la Gendarmerie de l'Aude." Cet officier de 45 ans, marié, sans enfant, avait été grièvement blessé par l'auteur des attaques, Redouane Lakdim. Le président Emmanuel Macron avait particulièrement salué vendredi le "courage" de l'"officier supérieur de la gendarmerie, qui s'est porté volontaire pour se substituer aux autres otages et qui a été très grièvement blessé". Ce gendarme "a sauvé des vies et fait honneur à son armée et à notre pays", avait ajouté M. Macron.

Alors qu'il était à l'hôpital, entre la vie et la mort, sa mère s'est confiée à RTL France. Elle n'a pas été surprise pas son geste héroïque : "Je savais que c’était forcément lui, je sais bien, il a toujours été comme ça. C’est quelqu’un qui, depuis qu’il est né, fait tout pour la patrie, qui donne de lui… Il est connu comme ça par toute la famille. Et d’ailleurs, ceux à qui j’en parle me disent ‘ça ne m’étonne pas’. Voilà. Il me dirait ‘je fais mon travail, maman, c’est tout’. Pour lui, c’est sa raison de vivre, c’est défendre la patrie. C’est Arnaud, ça, voilà. Mais en même temps, je ne suis pas surprise. C’est sa façon d’être, dans l’aide aux autres, et de faire son travail le plus noblement possible."

Arnaud Beltram a succombé à ses blessures samedi matin, à l'hôpital.

"Il a fait le choix de prendre la place des otages" 

L'assaillant venait d'abattre deux personnes dans un supermarché de la région de Carcassonne (sud) quand, "au péril de sa vie", le lieutenant-colonel "a fait le choix de prendre la place des otages retenus à l'intérieur du supermarché", a expliqué le procureur de la République de Paris François Molins lors d'une conférence de presse.

"Le gendarme avait laissé son téléphone ouvert sur la table (...) et c'est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN (unité d'élite de la gendarmerie française, ndlr) est intervenu et a abattu l'auteur de l'attaque", avait expliqué plus tôt à la presse le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Il a été blessé par balle à deux reprises et a reçu plusieurs coups de couteau par l'assaillant, a expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête. Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l'Aude (sud) en 2017, Arnaud Beltrame a été commandant de la compagnie d'Avranches (ouest) jusqu'en 2014 avant d'intégrer l'état-major et de devenir conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l'Ecologie. Il a accédé au rang de lieutenant-colonel en 2016.


Un fait prémonitoire

Fait prémonitoire, en décembre dernier, cet officier avait participé à un exercice simulant une tuerie de masse dans un supermarché de la région, selon le quotidien régional La Dépêche du Midi. Le décès de cet officier porte à quatre morts le bilan des attaques menées par Redouane Lakdim, un Français d'origine marocaine de 26 ans fiché pour radicalisation islamiste, vendredi à Carcassonne et à Trèbes, dans le sud-ouest de la France.

L'assaillant s'est dit "prêt à mourir pour la Syrie", demandant notamment lors des attaques "la libération de frères", selon le procureur de Paris François Molins. Parmi les noms de ces "frères", il a, selon une source proche du dossier, notamment cité celui de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des attentats de l'EI du 13 novembre 2015, et emprisonné près de Paris. "Une proche" de Radouane Lakdim, qui partageait sa vie, a été placée en garde à vue", selon M. Molins. Le groupe djihadiste Etat islamique a revendiqué ces nouvelles attaques en France.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires