En ce moment
 
 

Assassinat de Samuel Paty: des collégiens auraient désigné le professeur au tueur "contre rémunération", 16 gardes à vue

Assassinat de Samuel Paty: des collégiens auraient désigné le professeur au tueur
(c) AFP
 

A découvrir

 

Quatre jours après, les enquêteurs tentent de reconstituer la chaîne complète des faits et complicités qui ont conduit au meurtre sauvage du professeur Samuel Paty.

Mardi en milieu de matinée, 16 personnes étaient en garde à vue, dont cinq collégiens, pour comprendre comment l'assaillant, le réfugié d'origine russe tchétchène de 18 ans Abdoullakh Anzorov, a pu retrouver et identifier facilement sa cible avant de la tuer près de son établissement de Conflans-Sainte-Honorine.

Entendu une première fois dimanche avant d'être relâché un collégien a de nouveau été placé en grade à vue mardi. Selon une source proche du dossier, "un ou plusieurs collégiens" ont désigné à l'assaillant le professeur d'histoire-géographie, a priori en échange d'argent. L'entourage familial du tueur est également toujours interrogé par les policiers, ainsi que le père de l'élève qui a appelé à la mobilisation contre Samuel Paty et l'homme qui l'avait accompagné et soutenu, le sulfureux militant islamiste Abdelhakim Sefrioui. Les deux hommes sont mis en cause pour avoir publié sur les réseaux sociaux des vidéos dénonçant et citant nominativement M. Paty car il avait organisé dans sa classe un débat sur les caricatures, montrant certaines de Mahomet. Ces vidéos auraient inspiré le tueur.

Mardi matin, Eric Dupond-Moretti a réfuté toute "faille" dans le suivi du meurtrier. "C'est une guerre insidieuse. Il y a le terrorisme organisé que suivent les services et il y a un jeune homme de 18 ans qui n'est pas dans les radars des services de renseignement et qui commet cet acte abominable au nom d'une religion dévoyée", a déclaré le garde des Sceaux sur France Inter.

Des hommages cet après-midi: légion d'honneur à titre posthume

L'après-midi de mardi sera rythmée notamment par deux hommages. A Paris, les députés entonneront à 14h30 une Marseillaise après avoir observé une minute de silence devant l'Assemblée nationale, avant une nouvelle minute de silence dans l'hémicycle à l'ouverture des questions au gouvernement.

A 18H30, une marche blanche aura lieu à Conflans-Sainte-Honorine, à la veille de l'hommage national qui sera rendu mercredi à partir de 19H30 à Samuel Paty dans la Cour de la Sorbonne en présence du chef de l'Etat Emmanuel Macron.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a précisé que Samuel Paty serait décoré de la Légion d'honneur à titre posthume et qu'une "séquence éducative" aurait lieu le 2 novembre, jour de la rentrée après les vacances de la Toussaint, dans tous les établissements "sans exception".

Fermeture d'une mosquée et vigilance accrue près des écoles

En dehors des hommages, le gouvernement multiplie les annonces et les initiatives. Mardi matin, la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, a reçu les patrons France des réseaux sociaux et des plateformes dans le cadre de la "lutte contre le cyber-islamisme". Le chef de l'Etat se rend mardi après-midi à Bobigny pour y présider une séance de la Cellule de lutte contre l'islamisme et le repli communautaire (CLIR) et faire le bilan des résultats en Seine-Saint-Denis, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Lundi soir, M. Darmanin avait annoncé avoir demandé au préfet de Seine-Saint-Denis de fermer la mosquée de Pantin, qui avait notamment relayé sur sa page Facebook une des vidéos dénonçant le cours sur les caricatures de Samuel Paty. La fermeture de la mosquée sera effective mercredi soir, selon l'entourage du ministre. Il a également demandé aux préfets de "faire preuve d'une vigilance accrue" autour des établissements scolaires.

Le ministre de l'Intérieur a précisé que 51 associations proches de l'"islamisme radical" étaient dans le collimateur des autorités et annoncé que plusieurs d'entre elles seraient dissoutes en Conseil des ministres, citant nommément le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) et l'association humanitaire BarakaCity, deux associations de défense et d'aide des musulmans. "Faute de ne rien trouver contre notre ONG", le ministre de l'Intérieur "profite de l'émotion suscitée suite au drame de Conflans", a dénoncé BarakaCity, ajoutant qu'elle contesterait toute dissolution en justice. Le CCIF, qui comme BarakaCity nie tout penchant extrémiste, dément lui fermement avoir relayé des messages sur M. Paty qui ont circulé avant son assassinat.

A Conflans-Sainte-Honorine, où parents, élus ou simples citoyens viennent spontanément depuis samedi rendre hommage à l'enseignant en déposant fleurs ou messages devant l'établissement scolaire, des imams ont exprimé leur "colère" et leur "honte" devant le collège lundi. Il est "très important de venir ici pour montrer notre chagrin, montrer que ce qui s'est passé ici n'est pas l'islam. C'est le fait de voyous qui n'ont rien à voir avec l'islam", a déclaré Kemadou Gassama, imam à Paris.

Dimanche, des dizaines de milliers de personnes s'étaient déjà rassemblées partout en France pour défendre la liberté d'expression et dire non à "l'obscurantisme".

Les patrons des grands réseaux sociaux convoqués

Mardi matin, les patrons France des grandes réseaux sociaux et plateformes (Facebook Twitter, Google, Tiktok et Snapchat) sont convoqués par la ministre déléguée à la Citoyeneté, Marlène Schiappa, pour trouver des moyens de mieux contrer le "cyber-islamisme".

En attendant, les hommages se poursuivent en mémoire de M. Paty, une marche blanche étant organisée mardi à Conflans-Sainte-Honorine à partir de 18H30, devant le collège où il enseignait avant de rejoindre la place de la liberté. Mercredi, un hommage national lui sera rendu dans la Cour de la Sorbonne en présence du chef de l'Etat.

Dans la commune, parents, élus ou simples citoyens de toutes générations sont venus spontanément rendre hommage tout au long du week-end à l'enseignant en déposant fleurs ou messages devant l'établissement scolaire.

L'assaillant était juste derrière le mur, à 40 mètres de mes petits-enfants, et de mes enfants

Parmi les habitants, certains restent traumatisés par l'assassinat du professeur, à l'image de Stéphane, qui a quasiment assisté à l'attaque, qui s'est déroulée à une quarantaine de mètres de son domicile.

"L'assaillant était juste derrière le mur, à 40 mètres de mes petits-enfants, et de mes enfants", a-t-il raconté sur LCI, croyant dans un premier temps que la victime était un membre de sa famille: "il a fallu que je retourne deux fois sur la scène du crime pour savoir si ce n'était pas mon petit-neveu".

Le Parlement européen a également observé une minute de silence tandis que la cour d'assises spéciale de Paris, où sont jugées 14 personnes en lien avec les attentats de janvier 2015, a rendu hommage au professeur d'histoire-géographie.

Dimanche, des dizaines de milliers de personnes s'étaient déjà rassemblées partout en France pour défendre la liberté d'expression et dire non à "l'obscurantisme".

COVID 19 BELGIQUE: où en est l'épidémie ce mardi 20 octobre ?




 

Vos commentaires