En ce moment
 
 

Sae Eun Park, première étoile asiatique de l'Opéra de Paris

 
 

Il y a dix ans, Sae Eun Park a quitté sa place de soliste en Corée du Sud pour un rôle subalterne de surnuméraire dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris, tout en bas de la hiérarchie.

En juin, elle est devenue à 31 ans la première ballerine asiatique à être promue étoile dans la plus ancienne institution de ballet du monde, au milieu d'appels croissants en faveur de plus de diversité et d'inclusion dans le monde du ballet classique d'élite.

Sae Eun Park n'a pu retenir ses larmes sur scène lorsqu'elle a reçu la consécration au milieu de l'ovation du public, après avoir interprété le rôle principal féminin de "Roméo et Juliette".

"Beaucoup d'émotions se chevauchaient - j'étais si heureuse, et si reconnaissante, et j'ai réalisé qu'un tel jour pouvait vraiment exister", a déclaré la ballerine à l'AFP.

Elle fait aujourd'hui partie, avec l'Argentine Ludmila Pagliero, des deux seules étoiles nées à l'étranger de la célèbre compagnie fondée en 1669.

"J'attendais depuis si longtemps, sur des charbons ardents, il y a eu des moments un peu difficiles, et je me suis rappelée de tout cela en même temps", se souvient l'étoile.

Elle a ainsi rejoint le club très fermé des danseurs sud-coréens qui évoluent au firmament des plus grandes compagnies du monde, parmi lesquels Kimin Kim au Mariinsky Ballet de Saint-Pétersbourg et Hee Seo à l'American Ballet Theatre.

- La "reine des concours" -

Née à Séoul en décembre 1989, Sae Eun Park s'est formée dans les meilleures institutions artistiques de Corée du Sud, à la méthode de ballet russe "Vaganova", qui met l'accent sur l'expression de l'âme, la force et la souplesse.

Elle ne connaissait que très peu le français à son arrivée, à 21 ans, et n'avait jamais fréquenté l'école de ballet affiliée au BOP, qui fournit environ 90% de ses danseurs et qui privilégie l'élégance et la précision.

Célébrée comme une adolescente prodige, Sae Eun Park était surnommée la "reine des concours" après avoir remporté le Grand Prix de Lausanne et la Médaille d'or de Varna, deux prix importants pour les aspirants danseurs de ballet.

Elle était à l'époque particulièrement acclamée pour sa maîtrise technique, ses sauts et ses tours, elle a pourtant cherché quelque chose de plus, qu'elle a trouvé en s'inspirant des vidéos des danseurs du BOP.

Elle est engagée comme surnuméraire dans le corps de ballet de l'Opéra il y a tout juste 10 ans, alors qu'elle était déjà soliste dans son pays.

"Avec le Korean National Ballet, j'étais soliste et je dansais les principaux rôles", confiait-elle en 2019 à l'AFP. "Entrée à l'Opéra, j'étais en CDD et j'étais tout le temps dans les coulisses mais j'ai beaucoup appris".

Aujourd'hui louée pour sa profondeur émotionnelle et son lyrisme, elle estime que "le ballet français vous libère de ce sentiment de devoir, ce sentiment d'avoir à prouver quelque chose" avec des mouvements grands et spectaculaires.

Laura Cappelle, rédactrice spécialisée en danse basée à Paris, vante sa "sérénité intérieure, un don pour ralentir le temps sur scène".

Son ascension a été interrompue en 2015, après avoir reçu un violent coup de pied au visage dans un accident à l'entraînement.

Elle a échoué aux examens de promotion cette année-là et a sombré dans la dépression, évitant pendant un temps les miroirs de peur de voir sa cicatrice.

La seule stratégie pour y faire face était de continuer à danser, dit-elle.

- Un "monde blanc" -

Contrairement à l'American Ballet Theatre basé à New York ou au Royal Ballet de Londres, le Ballet de l'Opéra de Paris, compte très peu de danseurs étrangers.

En février, l'Opéra de Paris a commandé un audit indépendant qui a souligné que seuls 25 des 154 interprètes du ballet étaient originaires de l'étranger.

L'institution est "un monde blanc fort éloigné de ce à quoi ressemble la société française contemporaine", ont estimé les auteurs du rapport.

Le BOP n'a pas répondu aux multiples sollicitations de l'AFP.

Kim Yong-geol, un ancien danseur sud-coréen du BOP, a décrit la compagnie comme une "société cloîtrée qui s'enorgueillit de sa tradition", avec un système de promotion "impitoyable".

"Cela peut vous faire vous sentir complètement anéanti", dit-il. "Les tout derniers survivants de ce processus éreintant deviennent des étoiles. Je pense qu'elle a accompli quelque chose d'impossible."

Sae Eun Park reconnaît s'être par moments demandée si le fait d'être asiatique ne la priverait pas de ses chances, dans un climat de féroce compétition entre danseurs au sien de la troupe.

Gavin Larsen, auteure de "Being a Ballerina", décrit Sae Eun Park comme une "artiste importante pour notre époque".

"Son choix d'explorer au-delà de sa culture natale, à la fois en matière de ballet et de vie quotidienne, montre sa volonté d'être vulnérable - ce qui est la seule façon d'être pour un véritable artiste", a-t-elle déclaré à l'AFP.


 




 

Vos commentaires