En ce moment
 
 

Sandra a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture en France, pieds et poings liés: "Je ne sais pas qui pouvait lui vouloir du mal"

Sandra a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture en France, pieds et poings liés:
© AFP / DR

Lundi, nous apprenions que le corps de Sandra, une jeune femme disparue depuis le jeudi de la semaine précédente, avait été retrouvé dans un coffre de voiture à Valenton, à quelques kilomètres de Paris.

Ce mercredi, le quotidien français Le Parisien nous en apprend un peu plus sur les circonstances du drame. Âgée de 23 ans, Sandra avait une vie sans histoire. Etudiante en management, elle a été retrouvée morte, pieds et poings liés, le visage en partie recouvert d'un ruban adhésif, dans le coffre de sa Peugeot 206.

Les résultats de l'autopsie n'ont pas encore été communiqués, mais d'après le quotidien parisien, elle serait morte d'asphyxie. On ignore si elle a été séquestrée, violentée ou violée.

Les dernières nouvelles de Sandra remontent à jeudi passé, 12h30. Elle avait envoyé sur un réseau social deux photos de Milly-la-Forêt (dans l'Essonne), où elle devait se rendre pour un stage en entreprise. Elle devait rentrer ensuite chez elle, à Créteil, par après. Elle ne l'a jamais fait.

Dimanche soir vers 23H00, la soeur de la victime a contacté la police, expliquant que la voiture de cette dernière avait été retrouvée par hasard dans un endroit où elle n'avait aucune raison d'être. Inquiète, elle a demandé à la police de venir sur place, à Valenton, pour ouvrir le coffre. A l'intérieur, les policiers ont donc découvert le corps de la jeune femme. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de Paris, qui n'aurait ni piste, ni mobile.

D'après les proches qui se sont confiés dans plusieurs médias français, Sandra était quelqu'un de très sérieux, qui s'occupait beaucoup de sa mère malade. Elle sortait très peu et n'avait pas de compagnon. Son entourage suppose qu'elle a fait une mauvaise rencontre, au mauvais moment.

"Je ne sais pas qui pouvait lui vouloir du mal", ne cesse de répéter Hindra, sa sœur. 

Vos commentaires