Schild & Vrienden - Le Conseil flamand de la jeunesse exclut ses quatre conseillers liés à Schild & Vrienden

(Belga) Le Conseil flamand de la jeunesse a décidé mercredi soir d'exclure les quatre membres de son conseil d'avis, liés au groupuscule Schild&Vrienden, actuellement au centre de l'actualité pour des messages racistes et sexistes, échangés via des groupes de chat secrets. Ceux-ci avaient été révélés il y a quelques jours lors l'émission "Panorama" de la VRT.

Le conseil d'avis compte seize conseillers, dont huit membres élus comme représentants de la jeunesse. Quatre d'entre eux sont apparus comme faisant partie du très jeune groupe centré sur l'identité flamande et aux messages flirtant avec l'extrême droite. Ces quatre membres "n'ont pas seulement causé un grand dommage à notre organisation, il y a aussi une rupture de confiance importante entre eux et le Conseil flamand de la jeunesse", a souligné cette instance mercredi soir. "Nous avons été forcés de prendre une décision difficile. Mais nous continuons de croire au pouvoir d'un débat enrichi par différentes voix. Qui veut participer à une politique de la jeunesse qui est bonne pour tous les enfants et jeunes de Flandre et de Bruxelles, et veut le faire avec un regard et un agenda ouverts, est le bienvenu", a ajouté l'organisation sur sa page Twitter. Le reportage de la VRT avait dévoilé, entre autres, la volonté de Schild & Vrienden, groupe de jeunes flamands, de suivre une stratégie d'"infiltration" dans différents organes, partis politique ou autres, dans le but d'y donner en coulisses une inclination davantage de droite et de prendre le pouvoir. Les quatre conseillers concernés "ont accepté leur licenciement", a ajouté le Vlaamse Jeugdraad. Chacun d'eux a été entendu au cours de la semaine écoulée, a précisé le conseil. "En quelle mesure chacun de ces quatre individus était impliqué auprès de Schild & Vrienden et aurait, ou non, été coupable de propos racistes ou discriminants, c'est une question pour laquelle nous faisons confiance à la justice", a enfin dit le Conseil flamand de la jeunesse. (Belga)

Vos commentaires