En ce moment
 
 

Sécu: l'hôpital public est un "trésor national", Buzyn promet de nouvelles annonces

Sécu: l'hôpital public est un
Agnès Buzyn à l'Assemblée nationale le 22 octobre 2019ERIC FEFERBERG

La ministre de la Santé Agnès Buzyn voit dans l'hôpital public un "trésor national" et a assuré mardi devant l'Assemblée avoir "une conscience aigüe" de sa "grande difficulté", promettant de prochaines annonces.

"J’ai bien conscience de la situation de l’hôpital public dans notre pays. J’en ai même une conscience aiguë (...). Oui, l’hôpital public est en grande difficulté", a déclaré la ministre à l'ouverture des débats sur le projet de budget 2020 de la sécurité sociale, alors que des inquiétudes s'expriment jusque dans les rangs de la majorité.

"Je ne doute pas que nos échanges seront largement marqués par ce sujet (...). Cela est légitime parce que l’hôpital public est un trésor national", a-t-elle poursuivi, soulignant que le gouvernement avait "déjà commencé à agir" pour redonner "des perspectives et des ambitions" à l'hôpital.

La ministre a indiqué qu'elle rencontrait "de manière quotidienne les acteurs du monde de l’hôpital", échangeant avec eux "sur la construction de solutions de long terme". Elle a dit sa volonté de "réunir par ailleurs les parlementaires pour préciser et compléter des voies d’interventions possibles".

"J’ai déjà fait des annonces sur les urgences. Je travaille par ailleurs sur la pluri-annualité (des financements, NDLR), sur l’attractivité des carrières, sur la prochaine campagne tarifaire et sur les investissements hospitaliers. Des annonces seront faites dans ce cadre dans les prochains jours et dans les prochaines semaines", a-t-elle ajouté.

Mme Buzyn a aussi mis en avant un "esprit de responsabilité financière" avec le projet de budget qui prévoit un déficit de 5,1 milliards l'an prochain, assurant que "faire des économies ne signifie pas entamer les droits des Français".

Elle a évoqué "de nouveaux droits pour faire face à de nouveaux risques", citant "la création d’un fonds d’indemnisation des victimes de produits phytosanitaires" ou le congé proche aidant indemnisé, prévus par le texte.

Elle a aussi mis en avant une "protection sociale préventive" avec, par exemple, la mise en place d'une garantie de versement des pensions alimentaires.

"Mon objectif, notre objectif, c’est de réaffirmer la présence de l'Etat social à chaque étape de la vie", a-t-elle conclu.

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a vanté dans la foulée un texte qui "traduit le subtil équilibre difficile à tenir" entre "la responsabilité financière, la simplification de la vie des Français qui travaillent et le renforcement des plus vulnérables".

Vos commentaires