En ce moment
 
 

Six prêtres traditionalistes du Pas-de-Calais en garde à vue dans une enquête pour violences physiques

Six prêtres traditionalistes du Pas-de-Calais en garde à vue dans une enquête pour violences physiques

Six prêtres de l’institut Riaumont à Liévin (Pas-de-Calais) ont été placés en garde à vue mercredi 16 janvier pour des soupçons de maltraitance sur des mineurs.

Six prêtres de la communauté traditionaliste de Riaumont (Pas-de-Calais) ont été placés en garde à vue mercredi à Lille dans le cadre d'une enquête sur des violences physiques sur des pensionnaires, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Cette enquête, menée par l'office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) et la police judiciaire de Lille, concerne des faits de violences "non sexuelles" qui "remontent" dans le temps mais qui "ont pu perdurer", selon cette source, confirmant une information de M6.

La communauté de la Sainte-Croix de Riaumont, qui lutte contre "les idéologies anti-chrétiennes et anti-morales", ne faisait guère parler d'elle jusqu'à la révélation début mai 2018 de plusieurs enquêtes de grande ampleur pour agressions sexuelles et maltraitance. Plus de 200 témoins et victimes ont été auditionnés par la police dans plusieurs pays depuis 2013, pour des faits remontant aux années 1990 et 2000.

L'ancien prieur a notamment été mis en examen pour détention d'images pédopornographiques.

Cet institut traditionaliste comprend une école hors contrat qui dispense des cours de la 6e à la 3e, encadrés par des religieux de spiritualité bénédictine célébrant la liturgie en latin. La propriété abrite en outre un groupe scout traditionaliste et un centre de documentation baptisé "laboratoire scout".

Cet ordre de droit pontifical relève directement de la commission romaine Ecclesia Dei, qui a autorité sur les communautés traditionalistes restées dans le giron de Rome.

Depuis 1982, date où le financement de l'Etat au titre des "enfants placés par la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS)" a pris fin, les fonds proviennent à 17% des pensions versées par les parents et à 83% de dons.

Vos commentaires