En ce moment
 
 

Stock arrête la commercialisation d'un livre de Gabriel Matzneff

Stock arrête la commercialisation d'un livre de Gabriel Matzneff
L'écrivain Gabriel Matzneff, le 10 avril 2014 à ParisJACQUES DEMARTHON

La maison d'édition Stock a annoncé jeudi l'arrêt de la commercialisation du livre "Un diable dans le bénitier" de Gabriel Matzneff.

Stock est le quatrième éditeur après Gallimard, La Table ronde et Léo Scheer à cesser la commercialisation d'ouvrages de l'écrivain sous le coup d'une enquête préliminaire pour viols sur mineurs de moins de 15 ans.

Publié en 2017, "Un diable dans le bénitier" est un recueil rassemblant des chroniques publiées sous ce titre dans Le Point par l'écrivain âgé de 83 ans.

Le directeur de l'hebdomadaire avait annoncé dimanche que l'écrivain avait décidé de cesser sa collaboration au magazine.

"Il nous a écrit le 8 décembre pour dire qu'il arrêtait. C'est lui qui l'a décidé, il savait probablement que le livre de Vanessa Springora allait sortir donc il nous a envoyé ce courrier", a indiqué Étienne Gernelle sur France Culture.

Mardi, les éditions Gallimard avaient décidé d'interrompre la vente du journal de l'auteur, publié depuis trente ans par cette maison. Une première, suivie par les éditions de La Table ronde (groupe Madrigall géré par Antoine Gallimard). Cette maison avait publié cinq volumes du journal de Gabriel Matzneff, entre 1979 et 1992.

Mercredi, les éditions Léo Scheer avaient également annoncé la fin de la commercialisation du volume du journal de l'auteur, "Les Carnets noirs 2007-2008", et de l'ouvrage "Les Moins de 16 ans" qui évoquent les pratiques pédophiles de l'écrivain.

La justice a ouvert une enquête préliminaire pour viols sur mineurs de moins de 15 ans à l'encontre de l'écrivain au lendemain de la parution du livre "Le Consentement", de l'éditrice Vanessa Springora.

Dans cet ouvrage, cette femme de 47 ans raconte comment elle a été séduite par Gabriel Matzneff à l'âge de 13 ans, la relation sous emprise qu'elle a eue ensuite avec lui et les blessures que cela lui a laissé.

Vos commentaires