En ce moment
 

Trophée des champions de hand: Paris s'effondre en fin de match face à Saint-Raphaël

Trophée des champions de hand: Paris s'effondre en fin de match face à Saint-Raphaël
Le Français Raphaël Caucheteux (g) tente de marquer face au gardien autrichien Thomas Bauerlors de l'Euro, le 4 janvier 2018 à Porec en Croatie-

Le Paris SG a subi un revers inattendu dès son premier match officiel de la saison face à Saint-Raphaël, 26 à 25, en demi-finale du Trophée des champions, samedi à Montbéliard, en s'effondrant en fin de rencontre.

Saint-Raphaël affrontera dimanche en finale (16h00) le vainqueur du match Montpellier-Nantes, "remake" de la finale de la dernière Ligue des champions.

Menant 25-21 à la 56e minute, les quadruples champions de France en titre semblaient se diriger vers une victoire aisée. Mais tout s'est déréglé et les Varois ont enchaîné cinq buts en moins de cinq minutes, le dernier par Raphaël Caucheteux (son sixième au total) à la sirène.

"On a eu un trou noir. On n'a plus marqué et ça nous a été fatal. On s'est battu tous seuls. Le scénario est très frustrant. Tout n'est pas encore en place, je ne sais pas si c'est physique. Tout n'a pas été négatif mais il y a encore beaucoup de choses à bosser", a reconnu le pivot Luka Karabatic au micro de BeinSport.

Ce premier match officiel du PSG avec à sa tête le nouvel entraîneur espagnol Raul Gonzalez avait mal commencé pour les Parisiens, menés 9 à 5 après une quinzaine de minutes. Mais grâce à Uwe Gensheimer (6 buts dont 4 penalties), le PSG était passé devant dès la fin de la première période (+3 à la pause).

Les Raphaëllois, quatrièmes du dernier championnat, ont eu le mérite de ne jamais renoncer. "Ca révèle notre état d'esprit depuis le début de la préparation. On aurait pu lâcher, même physiquement ça devenait compliqué car on n'avait pas beaucoup de rotations", a dit l'international Adrien Dipanda, reconnaissant avoir réussi un "hold-up".

Saint-Raphaël a disputé la rencontre avec un effectif diminué de trois joueurs à cause d'un problème administratif.

Vos commentaires