En ce moment
 
 

Un clip de rap jugé anti-police provoque la colère du ministère de l'Intérieur français: "La justice sera saisie" (vidéo)

Un clip de rap jugé anti-police provoque la colère du ministère de l'Intérieur français:

Le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez a vivement critiqué samedi un clip de rap qu'il juge anti-police du groupe 13 Block. Laurent Nuñez estime que le clip est "inadmissible" et assure que la justice "sera saisie".

"Insulter et outrager les policiers est inadmissible. C'est une atteinte grave aux valeurs républicaines. Évidemment la Justice en sera saisie", a réagi M. Nuñez sur Twitter en s'indignant du clip "Fuck le 17", publié vendredi par le groupe sur les réseaux sociaux.

Dans cette vidéo, les membres de 13 Block multiplient les doigts d'honneur face à des acteurs habillés en policiers en répétant "Fuck le 17", référence au numéro d'urgence de la police. Un peu plus tôt, le directeur général de la police nationale, Eric Morvan, avait lui aussi vivement dénoncé ce clip. "La provocation à la haine anti-flics, la glorification du communautarisme, la promotion des trafics mortifères et d'un machisme pitoyable, tout dans le clip de 13 Block est écœurant", a-t-il jugé sur Twitter.

"Il n'existe pas de délit de bêtise, mais pour le reste, je ferai le nécessaire", a prévenu le patron de la police. Contacté par l'AFP, son entourage a précisé étudier la possibilité de porter plainte. Déjà sorti au printemps, le morceau "Fuck le 17" est le titre phare du premier album de 13 Block, un groupe dont les membres sont originaires de Sevran (Seine-Saint-Denis). Dans le clip, les paroles ont été édulcorées par rapport à la version qui figure sur l'album. Les rappeurs ont notamment coupé les phrases "mort aux porcs", ainsi que "je rêve de plusieurs corps de policiers".

Les tensions entre la police et les rappeurs n'ont rien de neuf: en 1996, les rappeurs du groupe NTM, Kool Shen et Joey Starr, ont été condamnés pour outrage à la police à six mois de prison dont trois fermes et une interdiction d'exercer leur métier en France pendant six mois. En appel, les juges avaient opté pour deux mois de prison avec sursis et 25.000 francs d'amende pour chacun des deux membres du groupe, en 1997.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires