Il blesse 7 inconnus en pleine rue avec un couteau et une barre de fer à Paris: "Certains voulaient le tuer"

Un agresseur armé d'un couteau et d'une barre de fer a blessé sept personnes dont quatre grièvement dimanche soir à Paris, selon le parquet de la capitale française cité par le site d'information Le Parisien. Aucun élément ne permet d'affirmer à ce stade qu'il s'agit d'une attaque terroriste, précise le portail.

L'agresseur présumé, un homme majeur, a été interpellé et il serait a priori de nationalité afghane. "Rien ne permet à ce stade de retenir le caractère terroriste de ces agressions", selon une source proche de l'enquête, citée par l'AFP.

Les faits ont eu lieu le long du quai de la Loire, dans le 19ème arrondissement au nord de la ville, vers 22h45.

agressparis02

Selon une source proche de l'enquête, "un homme a priori de nationalité afghane a attaqué des personnes qui lui étaient inconnues dans la rue".

Trois personnes auraient été poignardées à proximité d'un cinéma. Un homme a tenté de le stopper et un autre l'a visé avec une boule de pétanque. Toutefois, l'agresseur a poursuivi sa couse, dans une rue perpendiculaire. Il a alors attaqué deux touristes anglais, l'un deux a été touché au thorax. Une autre victime présente des lésions à la tête.

Une enquête est menée par le 2ème district de police judiciaire (DPJ) du chef de tentative d'homicides volontaires.

agressparis03

"J’ai vu l’interpellation du suspect. Il courait car il voulait s’échapper, bien entendu. Il y a des gens qui lui ont couru après. Une personne est arrivée avec une grande barre en bois et lui a donné un grand coup dans les jambes. Il est tombé par terre. Pleins de gens sont arrivées et l’ont roué de coups. Certains voulaient le tuer. Il y a quelqu’un qui était dessus qui a dit ‘non, non, il ne faut surtout pas le tuer. On attend la police.’ La police est arrivée deux minutes après. Ils l’ont interpellé, il l’ont tiré et emmené un peu plus loin. Après, nous avons vu arriver les ambulances.", a raconté un témoin au micro de BFM TV. 

Vos commentaires