En ce moment
 

Un questionnaire inédit de Proust mis en vente à Paris

Un questionnaire inédit de Proust mis en vente à Paris
Le manuscrit du célèbre questionnaire de Marcel Proust est présenté à l'Hôtel des ventes Drouot à Paris, le 27 mai 2003 DAMIEN MEYER

Une questionnaire rempli par Marcel Proust l'année de ses 15 ans, le 25 juin 1887, et présenté comme inédit, sera mis en vente pour 250.000 euros vendredi prochain à l'occasion du Salon du livre rare, a-t-on appris auprès des organisateurs de cette manifestation.

Le document, intitulé "Mes confidences", est mis en vente par le libraire parisien Laurent Coulet. Ce questionnaire s'ajoute aux deux autres questionnaires connus remplis de la main de Proust mais, à la différence de ces deux documents, le questionnaire mis en vente est entièrement complété.

Si tout le monde a entendu parler du "questionnaire de Proust" (popularisé par Bernard Pivot qui y soumettait ses invités lors de son émission Bouillon de culture), l'auteur d'"A l'ombre des jeunes filles en fleurs" n'a jamais rédigé une seule de ces questions.

Ce genre de questionnaire était un jeu d'origine anglaise en vogue à la fin du XIXe siècle.

Malgré son jeune âge, Marcel Proust fait déjà preuve de beaucoup d'esprit. A la question "Quelle est la couleur que vous préférez?", il répond: "Celle des yeux de la personne que j'aime".

Il se montre parfois disert. Ainsi, à la question "Quel peuple étranger vous est le plus sympathique?", le jeune homme répond: "Pour le moment le peuple russe; non pas je vous assure parce que c'est l'allié de la France". A propos de cette réponse, les biographes de Proust rappellent qu'à cette époque, le jeune Proust, élève de seconde dans un lycée parisien, est amoureux d'une adolescente de 13 ans.

Dans "Jean Santeuil", un livre de jeunesse inachevé, Proust écrit qu'il s'agit d'une "jeune fille russe avec de grands cheveux noirs, des yeux clairs et moqueurs, des joues roses". L'adolescente s'appelait "Marie et était la fille de Nicolas de Benardaky, ancien maître des cérémonies de la cour de Russie", rappelle Jean-Yves Tadié, spécialiste de l’œuvre proustienne dans un fascicule présentant le questionnaire.

D'autres fois, le jeune homme est lapidaire. A la question "Quelle est votre occupation préférée?", il se contente d'écrire "Aimer". "Quel délassement vous est le plus agréable?", il répond "Lire".

On est surpris parfois des réponses du jeune Proust. S'il croit à l'amour, il ne croit pas à l'amitié. "Croyez-vous à l'amitié?", "Non, répond-il sèchement avant d'ajouter, aux amis oui, surtout aux amies". Quand on l'interroge pour savoir "quelle devise il prendrait s'il devait en avoir une", Proust répond: "Amour et doute".

"Mes confidences" est un cahier imprimé avec réponses manuscrites de 8 pages (107 x 137 mm) sur papier bleu. Il compte au total 30 questions.

Vos commentaires