En ce moment
 
 

Une association arrache un chiot des bras d'un SDF: "Cause animale Nord" avait-elle le droit d'agir de la sorte? (vidéo)

Une association arrache un chiot des bras d'un SDF:
 
 

Une vidéo tournée à Paris provoque d'innombrables réactions sur internet. On y aperçoit les activistes d'une association de défense animale prendre de force le chiot d'un sdf. Quelques jours plus tard, l'animal était en vente sur le site internet de "Cause animale Nord" au prix de 195€.

Les images sont violentes et ont été filmées à Paris, samedi 19 septembre. En marge d'une manifestation pour le droit des animaux, Anthony Blanchard, président de l'association "Cause animale Nord", s'empare du chien d'un sdf. Une femme, qui participe à l'action avec lui, crie au public désemparé: "Il n'a pas le droit, il n'a pas le droit", en parlant du sdf qui possède le chien.


Mais eux, ont-ils le droit ?

"Ces images sont insensées", a réagi l'inspecteur Renard de la Société Royale de Protection des Animaux (SRPA). "On n'agit jamais de la sorte. Pour saisir un animal, il faut avoir l'autorité qui confère ce droit. Ici, quand je vois cette scène, ça s'assimile plus à un vol. C'est intolérable. Il y a des lois pour tout le monde, et pour retirer un animal à une personne, il faut un ordre de saisie. En plus, même si le sdf avait maltraité son chien, une telle action ne l'empêcherait pas d'en avoir un autre quelques jours plus tard. Donc agir de la sorte n'a vraiment aucun sens, aucun intérêt pour le bien-être animal", a-t-il ajouté.

Pour justifier son action, le président de l'association "Cause animale Nord", Anthony Blanchard, a indiqué que le chien "était drogué". Aucune confirmation d'un vétérinaire n'a été faite. "Je l'ai constaté moi-même après qu'une femme (la dame qui crie sur la vidéo) soit venue nous indiquer qu'un Rom mendiait avec un chien drogué", a-t-il confié à Metronews.fr.

Les Roms, communauté qui semble perturber Anthony Blanchard. "Ils droguent leurs animaux et les vendent sur le trottoir. Certains mangents des chats !", a-t-il également ajouté sur le site Metronews.

En 2013, ce même individu avait aussi publié une lettre sur Facebook, retirée depuis, adressée au Président de la République. Outre son intention louable d'accorder plus d'importance à la cause animale, il écrivait aussi: "Apparemment la France préfère reverser les sommes reçues des contribuables français aux immigrés! Retraite pour les étrangers de plus de 60 ans sans justificatif, création de villages luxueux pour les ROM, accès gratuit aux transports en commun pour les ROM. Et qui paye cela ? Les contribuables français !"

Il semble donc que le président de l'association "Cause animale Nord" mène divers combats à la fois, mais ne se limite pas au bien-être animal...


195 euros pour le chiot

Quant au chien du sdf, qui par ailleurs n'est pas Rom, il a été proposé à la vente sur le site internet de l'association pour le bien-être animal, au prix de 195 euros. Si l'annonce a été retirée suite au tollé de la vidéo publiée sur YouTube et Facebook, elle démontre à elle seule que rien n'a été fait dans les règles. "Quand un chien est retiré à quelqu'un, il faut qu'il y ait un ordre de saisie, et le chien sera placé dans un refuge qui aura pour mission d'assurer le bien-être de l'animal le temps que soit définie sa destination définitive", a précisé l'Inspecteur Renard de la SRPA.

A partir de ce moment, trois possibilités se présentent pour le futur de l'animal:

- Soit il est rendu à son ou ses maîtres
- Soit le refuge le garde jusqu'à ce qu'il soit recueilli par une nouvelle famille
- Soit l'animal est euthanasié parce que les séquelles des maltraitances subies sont trop importantes


"Il y aura des poursuites"

En Belgique, deux instances ont l'autorité nécessaire pour décider d'une saisie d'un animal: l'unité bien-être animal du SPW (Service Public de Wallonie) et le parquet fédéral. L'unité bien-être animal du SPW interviendra en cas de dénonciation de maltraitance envers un ou plusieurs animaux en région wallonne. Le parquet peut aussi intervenir en cas de maltraitance sur base de PV dressé par des policiers, mais aussi dans tout autre cas de saisie, comme par exemple pour savoir ce qu'il adviendra du chien d'une personne emprisonnée, d'une personne décédée ou encore lorsqu'un couple séparé se dispute la garde d'un animal.

Pour qu'il y ait saisie, "il faut un ordre de saisie décidé sur base d'un dossier de Justice. C'est très important, car on ne fait pas sa loi comme ça sous prétexte que l'animal sera mieux ailleurs ou que sais-je. Cette façon d'agir est intolérable", a conclu l'inspecteur Renard.

Suite à la diffusion de la vidéo, une pétition a été lancée et a déjà atteint près de 100.000 signatures. Quant à l'association "Cause animale Nord", plutôt que de jouer l'apaisement, elle menace les personnes qui leur adressent des commentaires trop virulents via les réseaux sociaux. "Il y aura des poursuites judiciaires", a-t-elle posté sur sa page Facebook.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'youtube' pour afficher ce contenu.


 




 

Vos commentaires