En ce moment
 
 

Valls provoque un incident à l'Assemblée en attaquant la droite sur le terrorisme

 
 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a accusé mardi la droite d'être responsable du "retour du terrorisme" dans le pays lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, provoquant la fureur de l'opposition et la levée de la séance.

Manuel Valls, visiblement énervé, a lancé à la droite: "Le retour du terrorisme dans ce pays c'est vous", en réponse à une question du député UMP Eric Ciotti, qui mettait en cause le gouvernement sur les chiffres de la délinquance.

Devant le tollé suscité par cette déclaration, le président PS de l'Assemblée Claude Bartolone a levé la séance.

"C'est vous qui avez échoué et les Français aujourd'hui paient dix ans d'une politique de sécurité faite de lois qui n'ont servi à rien, qui n'ont pas été appliquées. L'esbrouffe c'est vous, l'échec c'est vous, la hausse de la délinquance c'est vous, les suppressions de postes de policiers et de gendarmes c'est vous", a dit le ministre, finissant par "le retour du terrorisme dans ce pays c'est vous".

Pierre Lellouche, député UMP de Paris, a bondi de son banc pour se précipiter sur Manuel Valls, mais a été arrêté par les huissiers. "Je voulais l'alpaguer par le col pour lui dire qu'on n'accuse pas la moitié des Français qui ont voté pour Nicolas Sarkozy d'encourager le terrorisme", a-t-il expliqué ensuite à la presse dans les couloirs de l'Assemblée.

Manuel Valls avait été questionné juste avant par le député centriste Rudy Salles qui l'accusait de "casser le thermomètre" après la publication de statistiques en hausse pour octobre, dont Manuel Valls estime qu'elles sont manipulées.

"C'est scandaleux! C'est la première fois dans l'histoire de la République qu'un ministre accuse l'opposition d'avoir favorisé le terrorisme", a renchéri devant la presse le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob.




 

Vos commentaires