En ce moment
 
 

Villani, un mathématicien face à l'équation des municipales à Paris

Un mathématicien auréolé de la médaille Fields, passé du MoDem à LREM après avoir fréquenté la gauche: Cédric Villani, candidat malheureux à l'investiture LREM, se rêve en "outsider" pour les municipales à Paris, tel Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017.

Sur son compte Twitter, il se présente comme "député de l'Essonne. Mathématicien, Médaille Fields 2010". Et, depuis mercredi soir, "candidat à la Mairie de Paris", après avoir décidé de présenter une candidature "alternative" à celle de Benjamin Griveaux, désigné en juillet pour porter les couleurs du parti présidentiel aux municipales à Paris.

Dénonçant inlassablement le manque de transparence de cette désignation, M. Villani, 45 ans, a lancé sa campagne dans une brasserie parisienne. Pour l'occasion, celui qui a l'image d'un "extraterrestre" selon un proche, a renoué avec le look qui a fait sa renommée: lavallière et araignée sur un costume trois pièces.

"Chez lui, tout est pensé, réfléchi", expose un de ses amis qui ajoute: "on prend acte du séisme provoqué par Emmanuel Macron, qui va provoquer des répliques. Et peut-être que Villani en est une."

"Son projet, c'est lui. En 2007, il était au MoDem quand tout allait très bien avant d'en claquer la porte quand le parti a pris une tôle. En 2014, il soutient Anne Hidalgo et en février 2017, il rejoint LREM" quand la victoire semble promise, persifle un opposant, se moquant de l'instabilité du mathématicien, "un mec de 45 ans qui n'a jamais eu à gérer un échec".

- "Savant Cosinus" -

Cédric Villani, fils de pieds-noirs d'Algérie, né à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) et père de deux enfants âgés de 19 et 16 ans, fait lui une autre analyse: "On peut se dire +Le mathématicien respecte les règles+. Mais la liberté est une valeur familiale et personnelle importante", a-t-il dit en août à Paris Match. Il évoque alors son grand-père Mario, "fils naturel d'un grand ponte de la mafia italienne" qui refuse cet héritage.

"Cédric, c'est une personne qui n'a aucun plan de carrière politique. Il n'est pas et n'a jamais été dans le calcul politicien", assure à l'AFP l'un de ses proches, David Ros, maire d'Orsay (Essonne) où il vivait il y a encore quelques mois avant de revenir s'installer dans la capitale.

Mais Cédric Villani, auteur d'un rapport de référence sur l'intelligence artificielle, pouvait prétendre à plus de responsabilités au sein de l'exécutif, expriment plusieurs proches. "Peut-être a-t-il été sous-estimé à cause de cette image de savant Cosinus qui lui colle à la peau", souffle à l'AFP Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris et artisan du rapprochement de Cédric Villani et des équipes de la candidate PS Anne Hidalgo en 2014.

Ce spécialiste de la stabilité des gaz et plasmas, dont les travaux lui ont valu la médaille Fields, considérée comme l'équivalent d'un Nobel de mathématiques, a quitté la direction de l'Institut Henri-Poincaré (IHP) pour devenir député de l'Essonne en 2017, incarnant l'une des figures les plus emblématiques du "Nouveau monde" macronien.

C'est sur les bancs de l'Assemblée nationale qu'il aiguise sa joute verbale, comme en juin 2017 lorsque Jean-Luc Mélenchon (LFI) dit face caméra qu'il entend expliquer au "matheux là" ce que c'est qu'un contrat de travail. Le "matheux" lui répond du tac au tac par tweet: "Cher @JLMelenchon, Directeur de l'IHP, j'en ai vu des contrats de travail... mais c'est tjs un plaisir de recevoir des cours particuliers !"

Sa personnalité hétéroclite continue de séduire un large spectre politique, jusqu'aux communistes qui l'ont acclamé à la Fête de l'Humanité de 2018, après son engagement auprès d'Emmanuel Macron pour reconnaître la responsabilité de l'Etat dans la disparition du militant communiste Maurice Audin, en 1957, en Algérie.

La vraie question est celle de "sa stratégie d'alliance ou son positionnement ?", selon Jean-Louis Missika, face à un Benjamin Griveaux qui a une "stratégie de conquête à droite". Pour Gaspard Gantzer, également candidat à la mairie de Paris, le positionnement de Cédric Villani par rapport à Benjamin Griveaux et Emmanuel Macron, "ce n'est pas très clair".

Vos commentaires