Visites domiciliaires - La commune d'Uccle a adopté une motion contre les visites domiciliaires

Visites domiciliaires - La commune d'Uccle a adopté une motion contre les visites domiciliaires

(Belga) La motion déposée à l'initiative des groupes Ecolo et PS contre le projet de loi visant à instaurer des visites domiciliaires a été adoptée jeudi soir au conseil communal d'Uccle. Elle est passée avec 20 voix (Ecolo, PS, Défi, cdH et le Premier échevin Marc Cools qui a l'intention de présenter une liste concurrente au MR aux prochaines communales), contre 18 abstentions des libéraux.

Une centaine de personnes ont assisté à la séance pour soutenir la motion. Les débats sur le sujet ont été longs. Les différents représentants des partis se sont exprimés pendant environ une heure. Face aux inquiétudes manifestes du public rassemblé, le chef de groupe MR Didier Reynders a assuré, sans forcément convaincre au vu des réactions, que la solidarité des citoyens était protégée par la loi et n'était pas remise en question: "Nous souhaitons bien entendu que la Belgique demeure une terre d'asile. Cela signifie que quand on vient sur le territoire, on doit demander l'asile. Or, un certain nombre d'entre eux choisissent de se mettre dans des situations d'illégalité". Il a justifié le positionnement du gouvernement par le besoin d'encadrer les opérations de police. "Le débat doit se poursuivre là où il a lieu", a continué Didier Reynders avant de rappeler que des consultations sont en cours. "Le Conseil communal a pleinement joué son rôle de garant local de la démocratie en disant non à tout projet de loi autorisant les visites domiciliaires dans un logement où résident des étrangers en séjour irrégulier, en réaffirmant son attachement à des valeurs telles que l'ouverture à autrui, la solidarité et la liberté d'aller et venir", estime le chef de groupe Ecolo Thibaud Wyngaard. "C'est rassurant. Quand la ligne rouge est en passe d'être franchie, il convient de se lever et de dire clairement 'stop, c'est inacceptable' et de rappeler les balises qui guident notre action en tant que démocrates". Par cette motion, le Conseil communal d'Uccle invite le gouvernement fédéral à reconsidérer sa position et appelle le parlement à rejeter toute proposition de loi qui viserait à autoriser des visites domiciliaires. Le texte sera transmis au président de la Chambre, aux différents chefs de groupes parlementaires, au Premier ministre, ainsi qu'aux ministres de l'Intérieur et de la Justice. (Belga)

Vos commentaires