En ce moment
 

"Attentat" contre Maduro: le parquet annonce 25 arrestations

(Belga) Vingt-cinq personnes soupçonnées d'avoir participé ou d'être liées à l'attaque présumée contre le président vénézuélien Nicolas Maduro ont été arrêtées jusqu'à présent, a annoncé mercredi le parquet général.

"Un total de 25 personnes (ont été) présentées à la justice jusqu'à présent. Rappelons qu'il y a des personnes en fuite, certains en Colombie, d'autres au Pérou et d'autres aux Etats-Unis", a déclaré le procureur général Tarek William Saab, considéré comme proche du pouvoir, lors d'une conférence de presse. Parmi les détenus figurent plusieurs militaires en activité et le député de l'opposition Juan Requesens. Sans évoquer son statut, ni son grade, Tarek William Saab a mentionné le nom d'Héctor Hernandez Da Costa, qui serait, selon la spécialiste des affaires militaires Rocio San Miguel, un général de la Garde nationale, un corps militaire affecté notamment au maintien de l'ordre. Il s'agit donc du deuxième général a être interpellé dans cette affaire. "C'est une arrestation qui provoque un fort impact" au sein de l'armée, a déclaré Mme San Miguel à l'AFP. L'attaque présumée à l'aide de drones chargés d'explosifs a eu lieu le 4 août lors d'un défilé militaire à Caracas. Elle ciblait le chef de l'Etat, selon le gouvernement, qui emploie le terme d'"attentat". Par ailleurs, 18 autres personnes sont visées par des mandats d'arrêt et des notices rouges d'Interpol, a-t-il ajouté. Cela porte le nombre de personnes impliquées à 43. Les "notices rouges" sont des messages d'alerte par lesquels Interpol informe ses 190 États membres, à la demande de l'un d'entre eux, qu'un mandat d'arrêt a été émis à l'encontre d'un individu par une autorité judiciaire. Des demandes d'extradition ont été déposées auprès de la Colombie, des Etats-Unis et du Pérou. "Nous comptons sur leur coopération", a souligné le procureur général. Figure de l'opposition en exil en Colombie, Julio Borges figure sur cette liste. L'ancienne procureure générale Luisa Ortega, qui a fui le pays en août 2017 après son limogeage, est également visée. (Belga)

Vos commentaires