En ce moment
 

"C'est OK d'être blanc": rétropédalage du gouvernement australien

La sénatrice australienne du parti One Nation, Pauline Hanson, le 31 août 2018 à Birdsville, en Australie Saeed KHAN

Des ministres australiens dans l'embarras peinaient à expliquer mardi comment certains membres du gouvernement conservateur avaient pu voter pour une motion parlementaire contenant un slogan largement considéré comme suprémaciste, évoquant une "défaillance administrative".

Le texte, rédigé par la sénatrice populiste Pauline Hanson, voulait combattre la "montée déplorable du racisme anti-Blanc", faisant valoir que "c'est OK d'être blanc".

La motion a été défaite de justesse lundi lors d'un vote au Sénat, mais plusieurs ministres, y compris celui des Affaires indigènes, l'ont soutenue.

Le texte et son slogan considéré par beaucoup comme un slogan de suprémacistes blancs a suscité un tollé, déclenchant un concert d'appels à la démission des ministres concernés.

Il est apparu mardi que l'Attorney General Christian Porter, l'équivalent australien du ministre de la Justice, un membre du Parti libéral, avait envoyé des instructions aux sénateurs de son parti leur enjoignant de voter la motion.

Après le vote, M. Porter avait déclaré sur Twitter: "Les actions des sénateurs du gouvernement cette après-midi au Sénat confirment que le gouvernement déplore le racisme sous toutes ses formes".

Mardi, le ministre de la Justice a publié un communiqué pour expliquer qu'il n'avait pas été mis au courant des instructions envoyées par mail par son cabinet, lequel, a-t-il assuré, avait "interprété" le texte comme une "motion contre le racisme".

Le ministre des Finances Mathias Cormann a également tenté une manœuvre de rétropédalage.

"Hier, à la suite d'une défaillance dans la procédure administrative, les sénateurs du gouvernement ont fini, sur instruction, par soutenir la motion", a-t-il dit. "Je suis désolé que cela se soit produit. C'est de fait regrettable... C'est passé à travers les mailles du filet, cela n'aurait pas dû."

Le parti One Nation de la sénatrice Hanson n'a pas été long à réagir, déclarant que le gouvernement avait été saisi "de culpabilité blanche".

"Si j'avais dit, +c'est OK d'être noir+, chaque sénateur aurait voté pour", a affirmé la sénatrice.

Un Australien sur deux a un parent né à l'étranger mais cette diversité ethnique, culturelle et linguistique contraste singulièrement avec la réputation de l'Australie, celle d'un pays de blancs arcboutés sur le passé.

Le souvenir de colons européens en train de terroriser les communautés aborigènes reste prégnant et les inégalités entre les deux groupes sont abyssales.

Les premiers colons britanniques sont arrivés en 1788 en Australie, où vivaient les Aborigènes et indigènes du détroit de Torrès depuis des dizaines de milliers d'années.

Les Aborigènes ne représentent plus que 3% de la population australienne mais sont de loin les plus défavorisés, avec en particulier des taux de pauvreté et d'incarcération plus élevés. Ils sont en moins bonne santé que la population générale.

Vos commentaires