En ce moment
 
 

"Voilà à quoi ressemblent les plages paradisiaques du Mexique": en vacances, Patrice déchante avec l'arrivée des sargasses (photos)

©Alertez-nous
 
 

"Voilà à quoi ressemblent les plages paradisiaques du Mexique", nous écrit Patrice, via le bouton orange Alertez-nous. Actuellement en vacances à Akumal, à une centaine de kilomètres de Cancun, célèbre ville balnéaire, il témoigne d'une situation peu agréable sur les plages, en raison de l'arrivée d'algues brunâtres appelées "sargasses", qui mesurent parfois plusieurs mètres de long.

 
 
 

"C'est une vraie catastrophe, les ouvriers ramassent jour et nuit mais ça ne suffit pas"

Selon les scientifiques, les sargasses arrivent poussées par les vents et les courants depuis une nouvelle zone de concentration détectée en 2011 entre Amérique du Sud et Afrique. Jusque-là, une seule mer de sargasses existait, dans l'Atlantique nord, à l'est des Etats-Unis.

Selon les chercheurs, la conjugaison de différents facteurs a favorisé leur prolifération et l'apparition de cette nouvelle "mer": des nutriments, générés par l'activité humaine, et peut-être aussi une eau plus chaude, qui viendrait doper leur développement. "Sans compter les problèmes de déforestation en Afrique et en Amérique du Sud (...) et la désertification en hausse ces dernières années", explique Brigitta Van Tussenbroek, chercheuse à l'Unam (Université autonome du Mexique).

"C'est une vraie catastrophe, les ouvriers ramassent jour et nuit mais ça ne suffit pas", indique Patrice, décrivant l'odeur nauséabonde qu'elles dégagent: cela ressemble à une odeur d'œuf pourri.


Dangereuses pour les écosystèmes

Si ces algues font fuir les touristes, elles dérèglent aussi l’écosystème. Une fois échouées, les sargasses doivent être enlevées au plus vite. En effet, leur prolifération empêche la lumière d’atteindre les fonds marins et nuit aux coraux. Leur décomposition dans l’eau peut également entraîner la mort de poissons.


4 millions de mètres cubes ramassés au Mexique l'an dernier

Au Mexique, plus de 4 millions de mètres cubes de sargasses ont été enlevés l'été dernier. Elles ont été signalées sur toute une série de plages des Caraïbes et du Golfe du Mexique, répertoriées sur ce site par un couple de biologistes. Les Etats débloquent des budgets conséquents pour venir à bout de ce fléau.


 

En Guadeloupe, des dispositifs de lutte ont été mis en place contre le fléau : le "kit sargasse" pour les communes, qui procure aux élus locaux du matériel de ramassage, une surveillance accrue du phénomène et des systèmes de marchés publics facilités pour permettre le ramassage en 48 heures.




 

Vos commentaires