En ce moment
 
 

175 millions d'enfants ne suivent aucun enseignement préprimaire

(Belga) Plus de 175 millions d'enfants - soit environ la moitié des enfants en âge d'être inscrits dans l'enseignement préprimaire - ne bénéficient pas de cet enseignement, ce qui nuit à leurs chances de succès scolaires ultérieurs, selon un rapport publié mardi par l'Unicef.

Selon l'organisation onusienne, ces enfants risquent de commencer leur scolarité avec des retards d'apprentissage. Sans surprise, ce phénomène est particulièrement marqué dans les pays à faibles revenus où à peine un enfant sur cinq bénéficie d'une éducation préscolaire. "L'éducation préscolaire est un fondement éducatif pour nos enfants, une étape cruciale et déterminante pour toutes les phases ultérieures de leur parcours scolaire", explique Henrietta Fore, la directrice générale de l'Unicef. "Pourtant, trop d'enfants en sont privés. Ce manque accroît les risques de redoublements ou de décrochages scolaires et exclut de jeunes enfants des joies qu'ils pourraient connaître avec de petits camarades plus chanceux qu'eux". Selon le rapport, les enfants qui suivent au moins une année d'enseignement préscolaire ont de meilleures chances de développer des compétences essentielles pour réussir à l'école et courent moins de risques de redoubler ou d'abandonner leurs études. Ainsi, les enfants inscrits dans le préscolaire ont en moyenne deux fois plus de chances d'obtenir de bons résultats en lecture et en calcul que les enfants qui en sont privés. Conséquence: dans les pays où il y a un fort taux de fréquentation préscolaire, on observe aussi une plus grande réussite dans l'obtention des certificats de fin d'études primaires. Le rapport montre également que la richesse des ménages, le niveau d'éducation de la mère, la localisation géographique sont des facteurs essentiels qui vont déterminer si un enfant bénéficiera ou pas d'une éducation préscolaire, les enfants les plus pauvres en étant généralement dépourvus. En Belgique, comme dans la majorité des pays européens, la plupart des enfants ont participé à des activités d'apprentissage avant de commencer l'école primaire : le taux de fréquentation de l'enseignement préscolaire y est supérieur à 90%. Ce taux est toutefois très irrégulier, pointe l'Unicef, pour qui en Belgique aussi ce sont les enfants les plus vulnérables, et spécialement les enfants pauvres, qui sont le plus souvent absents. L'organisation onusienne pointe cependant une série d'éléments encourageants en Belgique, comme l'abaissement récent de l'obligation scolaire de 6 à 5 ans dès septembre 2020 et plusieurs mesures prises dans le cadre du Pacte pour un enseignement d'excellence en Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)

Vos commentaires