En ce moment
 

1914-1918: les grands acteurs de la sortie de guerre

histoire

De Woodrow Wilson à Mustapha Kemal Atatürk en passant par Lénine et Clemenceau, quelques uns des grands acteurs qui ont dessiné le monde de l’immédiat après-guerre:

- Woodrow Wilson (1856-1924) -

Président (démocrate) des Etats-Unis depuis 1912, Woodrow Wilson fait campagne pour sa réélection en 1916 en faveur de la neutralité américaine, même si Washington finance largement l’effort de guerre allié. Mais la décision allemande de lancer une guerre sous-marine totale visant aussi les navires de pays neutres le conduit à engager son pays dans la guerre en avril 1917.

En 1919, il participe personnellement aux discussions de paix, se prononce pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, et impose la création d'une Société des Nations dans le cadre du Traité de Versailles. Le Sénat américain refusera toutefois de ratifier le traité de Versailles, et les Etats-Unis seront absents de la SDN.

- Georges Clemenceau (1841-1929)

Trublion de la politique française, républicain radical, dreyfusard, anticlérical et anticolonialiste, mais aussi ministre de l’Intérieur à poigne, Georges Clemenceau refuse en 1914 d'intégrer le gouvernement d'"union sacrée" de René Viviani. Mais en 1917 le président de la République Poincaré le nomme à la présidence du Conseil.

Le "Tigre", 76 ans, va concentrer le pouvoir entre ses mains pour stimuler l’effort de guerre, et sait se rendre populaire en visitant les tranchées. Répétant "l’Allemagne paiera", il sera inflexible sur l’imposition de conditions léonines à Berlin lors des négociations du traité de Versailles, face à ses alliés américains et britanniques plus enclins au compromis.

- David Lloyd George (1863-1945) -

En août 1914, le libéral David Lloyd George, chancelier de l'Echiquier (ministre des finances) dans le gouvernement britannique, est pacifiste, mais il se rallie à la guerre dont il est rapidement un propagandiste.

Il devient ministre de la Guerre puis Premier ministre en 1916, et donne un souffle nouveau à l'effort de guerre. Considéré dans son pays comme l'homme qui a gagné la guerre, il représente le Royaume-Uni à la Conférence de paix de Paris de 1919 et au Traité de Versailles.

- Lénine (1870-1924)-

Lénine (de son vrai nom, Vladimir Ilitch Oulianov), militant révolutionnaire de la première heure, vit de façon presque continue à l'étranger jusqu'en 1917, participant activement à la structuration du mouvement ouvrier.

Opposant déclaré à la "guerre impérialiste" qui l’a surpris alors qu’il était en Autriche, il rentre en Russie en février 1917 avec la complicité des Allemands qui espèrent ainsi affaiblir leur ennemi russe.

Principal artisan de l'insurrection qui aboutit à la "Révolution d’Octobre", il est partisan, contre Léon Trotsky, commissaire du peuple aux Affaires étrangères, d’une paix immédiate avec l’Allemagne.

Lénine conclut avec les Allemands à Brest-Litovsk (Biélorussie) le 15 décembre un armistice, qui met fin aux combats, puis le 3 mars 1918, un traité qui fait perdre à la Russie une grande partie de ses territoires occidentaux au profit de l'Allemagne (Pologne, Pays baltes, Finlande notamment) et plus de 30% de sa population.

Lénine présidera aux destinées de la nouvelle Union soviétique jusqu'à sa mort, mais la maladie l'écartera peu à peu du pouvoir effectif à partir de 1922, au profit de Joseph Staline, qui lui succèdera.

- Mustapha Kemal "Atatürk" (1881-1938) -

Colonel puis général de l’armée ottomane, Mustapha Kemal joue un rôle important dans la victoire contre les Alliés lors de la bataille des Dardanelles en 1915.

Il devient alors la principale figure du mouvement national turc, farouchement opposé au traité de Sèvres signé en août 1920 entre les Alliés et le sultan Mehmet VI et qui entérine le démantèlement de l’empire ottoman et de la Turquie.

Sous son commandement, l'armée turque reconquiert l’Arménie, le Kurdistan et la Cilicie aux mains des Alliés, expulse les Grecs qui avaient occupé l'Asie mineure, et reprend le contrôle de tout le pays. Arrivé au pouvoir en 1920, il est considéré comme le père de la Turquie moderne, sous le nom d'Atatürk.

Vos commentaires