24 Heures du Mans: les Toyota solidement en tête après deux heures

24 Heures du Mans: les Toyota solidement en tête après deux heures
La Toyota TS050 Hybrid pilotée par Sébastien Buemi devant celle de Mike Conway occupent la tête des 24 Heures du Mans, sur le Circuit de la Sarthe, le 16 juin 2018LOIC VENANCE

Les Toyota N.7 pilotée par le Britannique Mike Conway et N.8 du Suisse Sébastien Buemi étaient au coude-à-coude en tête des 24 Heures du Mans, avec déjà une avance certaine, après deux heures de course samedi.

Les deux voitures, favorites de cette 86e édition de la classique mancelle, ont passé l'une derrière l'autre le cap de 17h00 (15h00 GMT) avec plus de trois minutes d'avance sur leur première rivale, la Rebellion N.3 du Français Thomas Laurent.

En LMP2, c'est la G-Drive Racing N.26 de l'ancien pilote de F1 français Jean-Eric Vergne qui occupe la tête. Elle avait remporté la première manche du Championnat du monde d'endurance (WEC) dans cette catégorie à Spa-Francorchamps, début mai.

Conway fait équipe avec le Japonais Kamui Kobayashi et l'Argentin José Maria Lopez, alors que Buemi est accompagné du Japonais Kazuki Nakajima et de l'Espagnol Fernando Alonso.

Buemi s'est élancé en pole position au départ donné à 15h00 par l'Espagnol Rafael Nadal, après un tour de lancement sur les 13,629 km du circuit effectué derrière la voiture du "grand marshall" de cette édition, le Belge Jacky Ickx.

Il a cédé la tête dans le premier tour à la Toyota N.7, puis repris le contrôle après cinq tours, en signant notamment le record du tour en course, en 3 min 17 sec 658/100e.

Les quatre premiers relais du Suisse se sont déroulés sans encombres, avec des passages au stand maîtrisés. Son avance est montée à près de vingt secondes sur Conway, avant que le Britannique ne reprenne la tête.

Toyota, qui n'a jamais remporté la classique mancelle en dix-neuf participations, est le seul constructeur engagé dans la catégorie reine LMP1 avec des prototypes hybrides.

Le constructeur japonais aligne deux véhicules, face à huit prototypes non-hybrides engagés par des équipes privées, vingt LMP2, dix-sept GTE Pro et treize GTE Am, soit soixante équipages.

Alonso espère s'adjuger dimanche la deuxième partie de la Triple couronne du sport automobile (après le Grand Prix de F1 de Monaco, qu'il a gagné en 2006 et 2007, et avant peut-être les 500 Miles d'Indianapolis).

A noter la première participation, outre Alonso, d'autres pilotes de renom passés par la F1, dont le Britannique Jenson Button (SMP Racing/LMP1), en difficulté en dernière position avec une voiture immobilisée au stand, et le Colombien Juan Pablo Montoya (United Autosports/LMP2).

On attend une météo couverte et des températures comprises entre 20 et 22 degrés en journée samedi et dimanche, autour de 15 degrés au coeur de la nuit.

Vos commentaires