En ce moment
 
 

A la Maison Blanche, des accréditations délivrées au mépris de la sécurité nationale

A la Maison Blanche, des accréditations délivrées au mépris de la sécurité nationale

(Belga) Une employée de la Maison Blanche a affirmé que des habilitations secret défense avaient été délivrées à 25 responsables de la présidence américaine au mépris de la sécurité nationale, selon une puissante commission du Congrès.

Selon Tricia Newbold, "environ 25 personnes ont obtenu des habilitations secret défense ou des autorisations d'accès à des informations touchant à la sécurité nationale malgré des avis défavorables", a indiqué lundi la commission de contrôle de la Chambre des représentants. Ces 25 personnes ne sont pas nommées dans cette lettre adressée à la Maison Blanche, mais la commission réclame par ailleurs des informations concernant le processus d'habilitation de plusieurs responsables, dont la fille du président Donald Trump, Ivanka, et son mari Jared Kushner. Jared Kushner, influent conseiller de son beau-père, a longtemps eu une accréditation temporaire qui lui permettait d'avoir accès aux informations classifiées les plus délicates. Sont également nommés le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, l'un de ses prédécesseurs, Michael Flynn, ainsi qu'un autre conseiller présidentiel, Rob Porter. Celui-ci avait travaillé pendant des mois sans avoir obtenu un feu vert complet des services de sécurité. Il avait quitté son poste en février 2018 après avoir été accusé de violences conjugales. La commission a "conduit un entretien non-confidentiel, détaillé, avec une lanceuse d'alerte qui travaille actuellement à la Maison Blanche", a indiqué son président, le démocrate Elijah Cumming. Membre du service de sécurité du personnel de la présidence, Tricia Newbold a mis en garde "contre les risques graves pour la sécurité dont elle a été témoin ces deux dernières années", poursuit M. Cumming dans une lettre adressée à la Maison Blanche. Elle a indiqué avoir, avec d'autres responsables, "émis un avis défavorable pour des dizaines de demandes d'habilitations qui ont été ensuite finalement autorisées". Ces décisions ne servaient pas "les meilleurs intérêts de la sécurité nationale", a-t-elle dit, citée dans le courrier. Elle assure enfin avoir subi des représailles pour avoir émis des refus. Selon les médias américains, Mme Newbold a été mise à pied sans salaire. La commission va adresser une mise en demeure à l'ex-directeur du service de sécurité du personnel, Carl Kline, qui était passé outre certains avis défavorables. Il sera notamment entendu sur le "traitement des avis d'habilitations secret défense en place pendant son mandat et ses relations avec la lanceuse d'alerte", selon la commission. (Belga)

Vos commentaires