En ce moment
 

À Mons, ce vendeur de motos américaines s'attend à perdre de l'argent dans la guerre commerciale entre l'Europe et les USA

Les USA ont annoncé une hausse des taxes sur l'acier et l'aluminium en provenance de l'Union européenne. Et comme prévu, l'Europe a répliqué. Certains produits typiquement américains seront bientôt plus chers chez nous. Cette hausse des prix de certains produits "Made in USA" inquiète leurs importateurs. Illustration avec un revendeur d'une célèbre marque américaine de moto et un vendeur d'alcools. Un reportage réalisé dans le Hainaut par Aurélie Henneton et Aline Lejeune.

Nos journalistes ont rencontré un client chez un vendeur de moto d'une célèbre marque américaine à Cuesmes (Mons). L'homme compte bien se décider ce week-end, et une moto de stock pourrait être la solution pour éviter une éventuelle montée des prix. Il veut éviter de devoir payer 25% en plus, surtout lorsque le prix actuel de la moto est déjà de 18.000 euros. "Si monsieur Trump calcule ça au prix de l'acier, c'est plus que 25%! Ça revient quand même assez cher, surtout qu'on est déjà dans des véhicules de luxe", confie Frédéric.

Ça va être problématique pour nous et pour le client

La taxe imposée par Donald Trump va stimuler les ventes, mais seulement à très court terme. Le responsable de deux concessions en Wallonie que nous avons interrogé s’attend à une baisse de son chiffre d’affaires de 30%. "Ça va être problématique pour nous et pour le client. On casse quelque part le rêve des Harleyistes et la pérennité de l'entreprise. On est victime un peu de cette décision, qui est quand même scandaleuse", déplore Alessandro Bevilacqua.


Impact aussi sur les alcools

La décision pourrait aussi avoir des effets sur les alcools. Les whiskeys du Tennessee, les bourbons du Kentucky: un marché de niche qui subira une nouvelle hausse, après les accises il y a trois ans. "Il faut voir aussi comment on va impacter la chose. Est-ce que le gouvernement, mais on n'en sait rien, va peut-être absorber une partie? Les importateurs aussi, ça peut être une solution. Nous on essaiera de minimiser un maximum pour le client", indique Denis Delporte, gérant d'un magasin spécialisé.

Ça reste une opportunité pour les produits européens

Jeans, cosmétiques, maïs, beurre de cacahuète, bateaux… La liste ciblée par l’Union Européenne est longue: 150 produits à surtaxer. "La question qu'on peut se poser, c'est: est-ce que ça aura un impact sur l'inflation? (NDLR: la hausse des prix) Probablement pas, parce que beaucoup de ces produits sont substituables, ça veut dire qu'on peut les remplacer. Si vous continuez à acheter certaines marques par exemple de textile américaines, vous devrez accepter de les payer plus cher. Par contre, vous pourrez acheter toute une série d'autres marques, et ça reste une opportunité pour les produits européens", précise Bruno Watternberg, économiste.

Au consommateur de choisir: made in USA ou pas, c’est lui qui aura le dernier mot.

Vos commentaires