En ce moment
 
 

A Paris, des bénévoles accompagnent les seniors dans leurs sorties du quotidien

A Paris, des bénévoles accompagnent les seniors dans leurs sorties du quotidien
Plusieurs centaines de personnes isolées bénéficient à Paris de l'accompagnement de bénévolesThierry Zoccolan

A découvrir

"C'est un soulagement d'être accompagnée, parce que je ne pouvais plus aller au kiné toute seule": comme plusieurs centaines d'autres seniors isolés à Paris, Liliane, 77 ans, bénéficie régulièrement de l'intervention d'un ou d'une bénévole, qui l'aide à sortir de chez elle.

Grâce au dispositif "Paris en compagnie", quelque 470 seniors de plus de 65 ans ont ainsi pu, depuis le début de l'année, se rendre à un rendez-vous médical ou administratif, ou tout simplement aller boire un café ou se promener au parc, en bavardant avec quelqu'un.

"On ne s'en rend pas forcément compte, mais il y a énormément de personnes à Paris qui sont isolées, qui ne sortent pas de chez elles car elles ont peur de tomber, et qui n'ont personne à qui parler de toute la journée", commente Nesma Hatem, coordinatrice de ce dispositif porté par un réseau associatif et financé par la mairie de la capitale.

L'idée est de rompre la solitude, non pas en proposant des visites à domicile, mais bien en incitant les seniors à sortir de chez eux et à "redécouvrir Paris".

Liliane Régnier, qui se déplace avec une canne dans chaque main et vit dans un petit appartement au rez-de-chaussée d'un vieil immeuble du VIIe arrondissement, n'est pas allée bien loin aujourd'hui: en s'appuyant sur le bras de son accompagnatrice bénévole Eva Banasevic, 36 ans, elle a parcouru à peine plus de 100 mètres jusqu'au café du coin de la rue, pour y prendre un verre.

Seniors et "citoyens engagés" bénévoles sont mis en relation via une application sur smartphone, mais pas seulement: "dans 90% des cas, les personnes âgées nous téléphonent pour préciser leur demande, tout simplement", explique Mme Hatem.

- Envie de promenade à 99 ans -

Eva, qui consacre environ trois heures de son temps, une fois par semaine, à cette action bénévole, apprécie le caractère "flexible" du dispositif: grâce à l'appli, elle renseigne ses créneaux disponibles, puis consulte les "missions" proposées, géolocalisées sur une carte. Samedi à 14h, Paulette, 99 ans, souhaiterait ainsi se promener dans son quartier. Jeudi, une autre vieille dame voudrait être accompagnée pour se rendre au tribunal.

"J'ai développé une certaine sensibilité, parce que j'ai des parents qui vieillissent, et j'ai aussi un voisinage qui vieillit", analyse Eva, séduite par des "échanges très enrichissants". Parfois, les "seniors" lui racontent comment était leur quartier il y a 30 ans. Et à l'inverse, elle essaye de leur en faire découvrir les nouveautés, à eux qui ne l'arpentent presque plus.

Les 485 bénévoles inscrits à ce jour - en majorité des actifs âgés de 30 à 50 ans -, ne sont pas assez nombreux pour satisfaire toutes les demandes, si bien que les accompagnements sont limités à un par bénéficiaire et par semaine, explique Mme Hatem.

En cette période de forte chaleur, les gérants du dispositif ont glissé dans l'appli des messages à destination des bénévoles, pour les inciter à faire boire les bénéficiaires, ou à privilégier les sorties dans des lieux climatisés.

"Il y a aussi beaucoup de personnes âgées qui préfèrent annuler à cause de la chaleur, et rester chez elles", précise Nesma Hatem. De manière générale, les bénévoles se font plus rares en été, car nombre d'entre eux partent en vacances, "mais les aînés aussi partent, souvent chez leurs enfants".

Du fait de ses difficultés à marcher, Liliane, elle, n'a pas pu quitter Paris. "C'est en été que je suis le plus seule, car mes amis sont loin", explique la vieille dame, qui juge d'autant plus "formidables" ses quelques excursions accompagnées.

Vos commentaires