A Pékin, même les spermatozoïdes sont priés d'être communistes

A Pékin, même les spermatozoïdes sont priés d'être communistes
Les donneurs d'une des principales banques du sperme de Pékin doivent "être fidèles à la cause du Parti communiste"WANG ZHAO

"Être fidèle à la cause du Parti communiste chinois": cette exigence surprenante est désormais imposée aux donneurs d'une des principales banques du sperme de Pékin, dans un contexte de raidissement idéologique en Chine.

L'injonction est mentionnée dans un appel aux dons lancé mercredi par l'Hôpital n°3 de l'Université de Pékin. Cet établissement hospitalier est affilié à la plus prestigieuse école supérieure du pays.

Les donneurs potentiels ne doivent pas souffrir de maladies génétiques ou infectieuses, et avoir "un fond idéologique sain", indique une note publiée par l'hôpital sur le réseau social WeChat.

Les hommes de 20 à 45 ans désireux de donner leur sperme doivent "aimer la patrie socialiste, soutenir la gouvernance du Parti communiste, être fidèles à la cause du parti, faire preuve d'intégrité morale, avoir une bonne conduite, respecter la discipline et les lois, et n'avoir aucun problème politique", selon la même source.

Après deux tests médicaux, destinés à évaluer la qualité de la semence et la santé du donneur, ce dernier sera payé 5.500 yuans (710 euros), indique le communiqué.

L'hôpital ne précise pas comment il compte vérifier si les donneurs satisfont aux exigences politiques. Des appels téléphoniques de l'AFP à l'établissement afin de savoir si celles-ci font partie d'une campagne gouvernementale sont restés sans réponse.

La Chine ne compte que 23 banques du sperme. Beaucoup font face à une pénurie de donneurs.

D'autres centres importants de collecte, notamment dans les grandes villes de Shanghai (est) et de Canton (sud), n'imposent aucune condition politique.

La campagne lancée par l'hôpital pékinois, qui durera jusqu'à fin mai, a été fustigée par plusieurs internautes moqueurs.

"L'amour pour le Parti commence avec un spermatozoïde", a ironisé un commentateur sur le réseau social WeChat.

"Est-ce qu'ils ont vraiment appris la biologie? Les traits acquis ne se transmettent pas à la descendance", a souligné un autre sur la plateforme de microblog Weibo.

Vos commentaires