En ce moment
 

Abbas refuse aux Etats-Unis un rôle de "médiateur unique" au Proche-Orient

Abbas refuse aux Etats-Unis un rôle de
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'exprime à la tribune de l'ONU lors de l'Assemblée générale annuelle, au siège des Nations unies, à New York, le 27 septembre 2018TIMOTHY A. CLARY
ISRAEL

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a refusé jeudi aux Etats-Unis un rôle de médiateur unique au Proche-Orient, accusant le président américain Donald Trump de mettre "en péril" la solution à deux Etats, israélien et palestinien.

"Avec toutes ses décisions, le gouvernement américain est revenu sur tous les engagements qui avaient précédemment été pris par son pays et a même mis en péril la solution à deux Etats", a-t-il déclaré à la tribune de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

"Les Etats-Unis agissent comme médiateurs mais nous (les) voyons maintenant sous un oeil neuf", a aussi affirmé M. Abbas, en évoquant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël ou la coupure de l'aide à l'agence de l'ONU UNRWA pour les réfugiés palestiniens.

"Les Etats-Unis ne sauraient être un médiateur unique", a ajouté M. Abbas, alors que Donald Trump a promis mercredi de dévoiler un plan de paix pour le Proche-Orient dans les "quatre mois".

"Nous avons à notre disposition un Quartette, très bien ! Les Etats-Unis peuvent participer au Quartette", a-t-il ajouté, en référence à cet organisme sur le Proche-Orient qui réunit Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU.

"Jérusalem n'est pas à vendre" et "les droits des Palestiniens ne sont pas négociables", avait d'emblée lancé le président palestinien en commençant son discours.

"Nous voulons un Etat avec des frontières bien définies. C'est ensuite que nous pourrons coexister pacifiquement avec Israël", a-t-il dit.

"C'est Jérusalem-Est dans son ensemble qui est notre capitale", a insisté Mahmoud Abbas, après une rencontre avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres où ils ont réaffirmé leur "engagement commun" pour la solution à deux Etats, avec Jérusalem comme capitale partagée.

Quelque "183 pays" sur les 193 des Nations unies "ont reconnu" l'Etat de Palestine, a rappelé le président palestinien. "J'appelle tous les pays du monde, et ceux qui ne l'ont pas fait, à effectuer cette reconnaissance".

Le président palestinien a aussi annoncé que "l'Etat de Palestine avait été élu pour présider en 2019 le Groupe des 77 et la Chine" à l'ONU, s'attirant des applaudissements de la salle.

A l'origine créée pour favoriser les intérêts économiques de ses membres, cette coalition d'Etats en développement, qui garde le nom de Groupe des 77 en dépit des 134 pays qu'elle réunit aujourd'hui, est devenue une force de négociation au sein de l'ONU.

Vos commentaires