En ce moment
 

Accident de Fukushima: peine de prison requise pour trois ex-dirigeants de Tepco

Accident de Fukushima: peine de prison requise pour trois ex-dirigeants de Tepco
Le réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima ravagée par un tsunami en 2011TEPCO via JIJI PRESS

Une peine de cinq ans de prison a été requise contre trois anciens dirigeants de la compagnie japonaise exploitant la centrale nucléaire de Fukushima, dévastée en 2011 par un tsunami, ont indiqué mercredi les médias.

Celui qui présidait le conseil d'administration du groupe Tokyo Electric Power (Tepco) au moment du drame, Tsunehisa Katsumata (77 ans), ainsi que deux ex-vice-PDG, Sakae Muto (66 ans) et Ichiro Takekuro (71 ans), sont jugés pour "négligence ayant entraîné la mort". Ces prévenus, les seuls à être jugés dans le cadre de cette catastrophe, ont plaidé non coupable.

Il s'agit du pire accident nucléaire après celui de la centrale soviétique Tchernobyl (Ukraine) en 1986, un drame qualifié par une commission d'enquête japonaise de "désastre créé par l'homme".

Principal grief adressé aux trois hommes: de n'avoir pas suffisamment pris en compte le risque de tsunami qui a fait suite au séisme de magnitude 9. Les procureurs ont reproché notamment aux accusés d'avoir eu en leur possession des données indiquant que la centrale nucléaire risquait d'être frappée par un tsunami, avec des vagues dépassant les 15 mètres et assez puissantes pour entraîner une panne de courant et une série d'accidents graves.

"Ils auraient dû suspendre l'activité de la centrale nucléaire" jusqu'à la mise en place de mesures anti-tsunami, y compris la construction d'une digue, ont indiqué les procureurs au tribunal de Tokyo, selon Jiji Press.

M. Katsumata a déclaré durant le procès qu'il n'aurait pas pu prévoir la déferlante qui a ravagé la côte nord-est du Japon et submergé les réacteurs en mars 2011.

La catastrophe a forcé des dizaines de milliers d'habitants à abandonner leur maison proche de la centrale. Un grand nombre d'entre eux sont encore installés dans d'autres régions du pays, ne pouvant pas ou préférant ne pas rentrer chez eux par peur des radiations.

Les poursuites engagées contre ces ex-dirigeants s'appuient essentiellement sur le décès de 44 patients de l'hôpital de Futaba, à quelques kilomètres du site, lors de leur évacuation d'urgence de la zone.

Les procureurs ont refusé à deux reprises d'engager des poursuites, arguant que les éléments du dossier étaient insuffisants. Mais un réexamen de l'affaire en 2015 a tranché pour un procès au pénal.

Vos commentaires