En ce moment
 
 

Acte 20 des "gilets jaunes": Attac appelle à rendre hommage à Geneviève Legay

Acte 20 des
Geneviève Legay manifestant le 23 mars 2019 à NiceValery HACHE

Attac a appelé vendredi les "gilets jaunes" à brandir samedi des "drapeaux de la paix" en soutien à la porte-parole de l'association altermondialiste Geneviève Legay qui a violemment chuté dans une charge des forces de l'ordre samedi dernier en manifestant dans un périmètre interdit.

L'organisation appelle les manifestants participant à l'acte 20 des "gilets jaunes" à se munir d'un drapeau arc-en-ciel, comme celui que portait Mme Legay quand elle a été blessée, "pour soutenir Geneviève Legay et défendre le droit à manifester", a déclaré un porte-parole de l'association à l'AFP.

A Nice, les manifestants sont appelés à se rassembler à partir de 13H30 à la gare.

Samedi dernier, Mme Legay, 73 ans, porte-parole d'Attac dans les Alpes-Maritimes, a violemment chuté lors de la dispersion d'une manifestation de "gilets jaunes" place Garibaldi, dans un périmètre interdit à toute manifestation.

Elle "n'a pas été touchée par les forces de sécurité", a assuré deux jours après les faits le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre, alors que la famille de la septuagénaire grièvement blessée à la tête a porté plainte pour "violence en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique contre personne vulnérable".

"On assiste à un mensonge d'Etat. Le maire, le préfet, le procureur et M. Macron ont menti pour disculper la police alors que des témoignages disent qu'elle a bien été heurtée par des policiers", a réagi Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France, après la publication d'un article de Médiapart assurant, sur la foi de témoignages et d'un rapport de police, qu'un policier a bien poussé directement la manifestante.

L'association Attac demande la démission du procureur de la République "qui, sans attendre, a pris la défense des forces de l'ordre", ainsi que du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "qui a donné des consignes de fermeté" et du préfet des Alpes-Maritimes en tant que donneur d'ordres.

Le président de la République avait suscité la polémique en souhaitant à la septuagénaire un "prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse": "Quand on est fragile, qu'on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci", avait estimé Emmanuel Macron dans Nice-Matin.

Vos commentaires