En ce moment
 
 

Affaire Ali Aarrass - Les autorités marocaines disent faire l'objet d'accusations infondées d'Ali Aarrass

Affaire Ali Aarrass - Les autorités marocaines disent faire l'objet d'accusations infondées d'Ali Aarrass
 
 

(Belga) Les autorités marocaines disent faire l'objet d'accusations infondées du Belgo-Marocain Ali Aarrass, condamné pour terrorisme au Maroc et d'une campagne de désinformation de la part du comité de soutien de ce dernier. Elles affirment "veiller à ce que l'exécution de la peine se déroule dans les meilleures conditions possibles". "L'administration pénitentiaire notamment ne cesse de ménager ses efforts pour améliorer concrètement les conditions de détention de M. Ali Aarrass", écrivent-elles dans un communiqué envoyé jeudi à l'agence Belga.

Les autorités marocaines considèrent que les conditions de détention actuelle du Belgo-Marocain sont conformes aux dispositions légales prévues. Ali Aarrass a "le privilège d'être incarcéré seul, malgré la contrainte d'une surpopulation carcérale, dans une cellule conçue pour détenir 8 personnes et répondant aux normes requises en matière d'hygiène, d'éclairage et d'aération", relèvent-elles. En matière de santé, Ali Aarrass a bénéficié depuis son incarcération "de nombreuses consultations médicales de différentes spécialités, aussi bien dans l'unité médicale de la prison (60 consultations, 116 diagnostics) que dans les établissements de santé publique et de médecins spécialistes hors prison (39 consultations) et de bilans biologiques et radiologiques différents (21 bilans complets)", indique le communiqué. M. Ali Aarrass se positionne systématiquement sur le registre de la 'victime' en portant des accusations infondées à l'encontre des autorités marocaines, dénoncent ces dernières. Le communiqué rappelle qu'Ali Aarrass s'est pourvu en cassation mais que la Cour de cassation ne s'est pas encore prononcée. Les autorités marocaines précisent qu'elles garantissent l'exercice de toutes les voies de recours jusqu'à leur épuisement. Un juge d'instruction instruit actuellement un dossier à la suite de plaintes de la part d'Ali Aarrass pour mauvais traitement. Des associations belges comme le MRAX et la Ligue des Droits de l'Homme réclament la libération d'Ali Aarras, condamné en 2012 en appel à une peine de douze années de prison, jugeant que ce dernier a été torturé par les autorités marocaines en vue de lui extorquer des aveux de complicités terroristes. (Belga)




 

Vos commentaires