En ce moment
 

Afghanistan: au moins 40 morts dans l'explosion d'une ambulance piégée à Kaboul

Afghanistan: au moins 40 morts dans l'explosion d'une ambulance piégée à Kaboul

(Belga) L'explosion d'une ambulance piégée samedi au centre de Kaboul, revendiquée par les talibans, a fait au moins 40 morts et 140 blessés, semant terreur et désolation dans l'un des quartiers les plus vivants de la capitale afghane.

"Le dernier bilan disponible est de 40 morts et 140 blessés acheminés dans nos hôpitaux", a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur Waheed Majroh moins de deux heures après le drame, faisant de cet attentat l'un des plus meurtriers à cibler la capitale afghane ces dernières années. "Le kamikaze a utilisé une ambulance pour passer les barrages. Il a indiqué au premier contrôle qu'il acheminait un patient vers l'hôpital Jamuriat" voisin, a expliqué un porte-parole adjoint du ministère de l'Intérieur. "Au second barrage, il a été identifié et il a fait détonner sa charge". L'attentat a été revendiqué par le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid sur WhatsApp: "un martyr a fait sauter sa voiture piégée près du ministère de l'Intérieur où se trouvaient de nombreuses forces de police", a-t-il indiqué. L'explosion, de très forte intensité, a littéralement secoué la capitale. "Chicken Street", la rue des antiquaires proche, a vu ses vitres voler en éclats comme tous les quartiers à plusieurs centaines de mètres à la ronde. La panique était totale. Un immeuble voisin de l'hôpital Jamuriat, haut de quelques étages et profondément lézardé, menaçait de s'effondrer et les médecins ont demandé aux civils d'aider à évacuer les blessés qui risqueraient d'être ensevelis. L'attentat a eu lieu devant l'un des barrages protégeant l'accès à une avenue qui conduit à plusieurs institutions: des bureaux du ministère de l'Intérieur, le siège de la police, la délégation de l'Union européenne et le lycée pour filles Malalai. Cet attentat est le troisième à frapper l'Afghanistan en une semaine après l'attaque le samedi 20 janvier de l'hôtel Intercontinental de Kaboul, revendiquée par les talibans, et celle mercredi des locaux de Save the Children à Jalalabad, revendiquée par le groupe Etat islamique. (Belga)

Vos commentaires