En ce moment
 
 

Afghanistan: les déplacements de population continuent d'aggraver la situation humanitaire

Afghanistan: les déplacements de population continuent d'aggraver la situation humanitaire
Un camp de personnes déplacées, le 7 février 2019 à Mazar-i-Sharif, en AfghanistanFARSHAD USYAN

Quelque 217.000 personnes, majoritairement mineures, ont été forcées de quitter leur foyer depuis le début de l'année en Afghanistan en raison des combats, ont indiqué jeudi les Nations unies qui ont alerté sur les besoins humanitaires dans le pays en guerre.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU en Afghanistan (Ocha), "un grand nombre de ces personnes restent déplacées dans tout le pays car le conflit les empêche de retourner dans leur région d'origine".

Sur ces 217.000 personnes, 58% sont des mineurs et 21% des femmes.

Elles se concentrent notamment dans les régions du nord et de l'est de l'Afghanistan où les combats font rage contre les talibans mais également contre la branche afghane du groupe Etat islamique (EI).

A ce chiffre s'ajoute "environ 100.000 des 245.000 personnes déplacées en 2018 par la sécheresse et d'autres facteurs dans l'ouest du pays et qui ne sont pas encore rentrées chez elles", ajoute l'ONU.

La guerre qui fait rage dans le pays depuis quatre décennies ont poussé de nombreux afghans à émigrer majoritairement dans les pays voisins. Nombre d'entre eux retournent cependant en Afghanistan malgré la poursuite des combats, notamment en provenance de l'Iran voisin touché par une crise économique.

Ainsi, près de 294.000 personnes sont rentrées en Afghanistan depuis le début de l'année, dont 270.400 venant de l'Iran, frontalier à l'ouest, et 16.700 du Pakistan, à la frontière est de l'Afghanistan. Dans les deux cas, 43% de ces retours sont âgés de mois de 18 ans.

L'Ocha indique également que "les déportations en provenance de Turquie sont également en hausse, à 5.560 personnes" depuis début 2019 et qu'il y a aussi eu "un petit nombre de retours d'Europe".

L'agence onusienne estime que "près d'un million de personnes déplacées auront besoin d'aide humanitaire d'ici la fin de l'année".

De nombreux autres Afghans pourraient retourner sur leurs terres en cas d'accord entre les Etats-unis et les talibans. Lors de leur dernière série de pourparlers les deux parties cherchaient à s'entendre sur un calendrier de retrait des troupes américaines en échange de promesses en matière de contre-terrorisme.

Cet accord ouvrirait la voie à des pourparlers de paix formels entre les insurgés et le gouvernement afghan.

Vos commentaires