En ce moment
 

Commerce: Trump adore l'AEUMC après avoir brûlé l'Aléna

Commerce: Trump adore l'AEUMC après avoir brûlé l'Aléna
Le président américain Donald Trump lors de la conférence de presse le 1er octobre 2018 à la Maison Blanche, au lendemain de l'annonce d'un nouvel accord commercial entre les Etats-Unis, le Mexique eJim WATSON

Le président américain Donald Trump a salué lundi l'accord commercial "le plus important de l'histoire des Etats-Unis" conclu in-extremis dimanche avec le Mexique et le Canada, pour remplacer un traité de libre-échange crucial pour les économies des trois pays et vieux de près de 25 ans.

Le président mexicain sortant, Enrique Peña Nieto, a évoqué un accord "gagnant-gagnant-gagnant". Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a salué un accord "totalement bénéfique" pour les Canadiens.

Au moment où le président américain louait le texte au cours d'une longue conférence de presse consacrée essentiellement aux échanges commerciaux dans la roseraie de la Maison Blanche, apparaissaient les premières critiques mais aussi les premières questions sur un éventuel blocage au Congrès américain, qui après les législatives de novembre pourrait en partie repasser sous majorité de l'opposition démocrate.

- Nouvelle historique -

"Je suis très heureux de partager avec le peuple américain cette nouvelle historique pour notre nation et aussi pour le monde", a déclaré le président, visiblement très satisfait.

"Cet accord historique va attirer de l'argent et des emplois aux Etats-Unis et en Amérique du Nord", a affirmé le dirigeant.

M. Trump, qui en général n'est pas connu pour son attention aux détails, a dressé une longue liste des avantages que comporte selon lui le nouvel AEUMC pour les fermiers qui pourront exporter plus ou les travailleurs de l'industrie automobile américaine qui pourront conserver leurs emplois mais aussi pour l'environnement ou la propriété intellectuelle.

Il avait forcé ses partenaires à la renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain de 1994 (Aléna) qu'il jugeait désastreux pour l'économie américaine, estimant qu'il avait fait perdre des millions d'emplois au secteur manufacturier américain et en particulier l'automobile.

Le Canada et les Etats-Unis ont annoncé dimanche soir, une demi-heure seulement avant l'expiration de l'ultimatum fixé par Washington, "un accord de principe, de concert avec le Mexique" pour réformer le traité de libre-échange qui lie 500 millions de Nord-Américains.

M. Trump veut signer le texte à la fin novembre avec le président sortant mexicain, Enrique Peña Nieto, qui quitte le pouvoir le 1er décembre et le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Mais le nouvel Accord Etats-Unis Mexique Canada (AEUMC) doit être ratifié par les parlements des trois pays.

- Critiques et doutes -

Pensez-vous que le texte va être adopté au Congrès? a interrogé une journaliste, à un peu plus d'un mois d'élections législatives cruciales.

Donald Trump a assuré qu'il avait d'autres options à sa disposition si le Congrès américain devait rejeter le nouvel accord mais sans élaborer.

Les "démocrates pourraient avoir envie de jeter aux orties l'un des plus grands accords pour le peuple et les travailleurs. Il se pourrait bien qu'ils veuillent le faire pour des raisons politiques avec en ligne de mire (la présidentielle de) 2020", a accusé le président.

Certains démocrates ont souligné qu'il fallait regarder l'accord de près mais sans le rejeter par avance. Nancy Pelosi la chef de file de l'opposition à la chambre des Représentants a souligné que "réparer l'Aléna c'est augmenter la paye des travailleurs américains, garantir un vrai droit du travail, et assurer un traitement équitable pour l'agriculture américaine".

Côté canadien, les producteurs laitiers ont vivement dénoncé lundi le nouvel accord qui ouvre un peu plus leur secteur à la concurrence étrangère.

"Nous ne voyons pas comment cet accord peut être bon pour les 220.000 familles canadiennes qui dépendent de l'industrie laitière pour gagner leur vie", a souligné Pierre Lampron, président de l'Association représentant les producteurs canadiens dans un communiqué.

Les équipes canadiennes et américaines menaient un marathon de négociations depuis début septembre, après avoir entamé les discussions sur une refonte de l'Aléna, imposée par le président américain, il y a plus d'un an.

- Auto, environnement, internet -

L'un des volets les plus importants du nouveau texte concerne le secteur automobile qui a été totalement révolutionné par l'Aléna. L'AEUMC prévoit des règles incitant à se fournir en matériaux et composants aux Etats-Unis et en Amérique du Nord. Il prévoit aussi une provision forçant le Mexique à augmenter les salariés du secteur pour réduire les écarts avec les voisins du nord mieux payés.

Le système des règles d'origines en matière de production automobile évolue peu. 2,6 millions de véhicules assemblés au Canada sont exemptés de douanes américaines.

Justin Trudeau a accepté d'assouplir son marché laitier pour les producteurs américains, en échange notamment du maintien du système d'arbitrage des litiges commerciaux.

Washington et Ottawa se sont également mis d'accord pour que le nouveau traité commercial contienne un chapitre sur l'environnement, une première depuis la création de l'Aléna en 1994, et conserve l'exception culturelle canadienne chère au gouvernement Trudeau.

En revanche, les lourds droits de douane imposés à l'acier et à l'aluminium canadiens --parmi d'autres-- par un président Trump soucieux de protéger la sidérurgie américaine restent en place pour le moment, malgré la colère d'Ottawa.

Vos commentaires