En ce moment
 

Alexandre Djouhri affirme qu'il n'a "strictement rien à se reprocher"

(Belga) Alexandre Djouhri, protagoniste-clé de l'enquête en France sur le financement libyen présumé de la campagne de l'ex-président Nicolas Sarkozy en 2007, et en attente de son extradition depuis Londres, affirme qu'il n'a "strictement rien" à se reprocher, dans un communiqué où il s'en prend aussi aux enquêteurs.

"J'ai toujours dit que j'étais prêt à m'expliquer", indique l'homme d'affaires, dans son communiqué. "Je n'ai pas à coopérer avec les juges, j'ai à répondre à des questions qui montreront que ce dossier est vide et que je n'ai strictement rien à me reprocher", déclare-t-il, au lendemain d'un assouplissement de son contrôle judiciaire consenti par la justice britannique. Selon ces autorités, l'intermédiaire français, âgé de 59 ans, doit être entendu les 16 et 17 octobre à Londres par les juges d'instruction chargés de cette enquête tentaculaire qui a valu en mars à Nicolas Sarkozy d'être inculpé de "corruption passive". Le nom d'Alexandre Djouhri, familier des réseaux de la droite et proche de Claude Guéant, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, était apparu notamment lors de la vente suspecte en 2009 d'une villa située à Mougins, sur la Côte d'Azur (sud-est de la France), à un fonds libyen géré par Bechir Saleh, l'ex-argentier du régime de Mouammar Kadhafi. Il est soupçonné d'en avoir été, derrière plusieurs prête-noms, le véritable propriétaire et de l'avoir cédée à un prix surévalué, ce qui aurait pu permettre de dissimuler d'éventuels versements occultes. Après avoir refusé de répondre aux convocations de la justice française, il avait été arrêté en janvier à l'aéroport londonien d'Heathrow. (Belga)

Vos commentaires