Amnesty appelle à l'accueil des migrants et donne les "raisons"

Amnesty appelle à l'accueil des migrants et donne les
Un des messages projetés sur la façade de l'Assemblée nationale par Amnesty International France à Paris le 19 juin 2018 GEOFFROY VAN DER HASSELT

Amnesty International France a projeté dans la nuit de lundi à mardi sur la façade principale de l'Assemblée nationale des "raisons" en faveur de l'accueil de migrants, alors que s'ouvre mardi au Sénat le débat autour du projet controversé de loi asile-immigration, a constaté un photographe de l'AFP.

"Parce que nous ne choisissons pas le pays où l'on naît", "parce que ça pourrait être nous un jour", "Comment avoir bonne conscience en laissant des êtres humains mourir en mer ?", ou encore : "Parce qu'il y a de la place pour tous", sont parmi les slogans qui ont été projetés sur le palais Bourbon après l'extinction des lumières peu après 01H00 mardi matin.

La projection effectuée par une demi-douzaine de militants a duré une vingtaine de minutes jusqu'à ce que des policiers à moto demandent "gentiment" aux projectionnistes d'un soir de ranger leur matériel, a précisé la même source.

"Ces +raisons+ sont adressées aux autorités françaises afin d'exiger qu'elles s'engagent davantage pour la protection des personnes qui fuient les violences", détaille l'organisation internationale dans un communiqué".

"En un an, plus de 20.000 personnes ont donné leur raison pour accueillir des réfugiés en France", précise-t-elle.

Le projet de loi asile-immigration qui a suscité des critiques y compris au sein du mouvement présidentiel arrive au palais du Luxembourg mardi avec en toile de fond la crise du navire Aquarius et ses 630 migrants.

Il avait été adopté en première lecture fin avril à l'Assemblée après des débats très enflammés.

Au Sénat il fera l'objet d'un vote solennel le 26 juin. Il sera ensuite examiné par une commission mixte paritaire chargée de trouver une version commune aux deux chambres.

Le texte avait été qualifié par Amnesty France de "dangereux pour les migrants et les demandeurs d'asile".

Vos commentaires