En ce moment
 

L'Union européenne inflige une amende RECORD à Google: c'est l'équivalent de la contribution annuelle des Pays-Bas

L'Union européenne inflige une amende RECORD à Google: c'est l'équivalent de la contribution annuelle des Pays-Bas
INFORMATIQUE

L'UE s'apprête à infliger mercredi à Google une nouvelle amende record, cette fois dans le dossier antitrust Android. Une décision qui risque de détériorer encore ses relations avec les Etats-Unis. La note est salée: 4,3 milliards d'euros. C'est ce que versent chaque année nos voisins hollandais au budget l'Union...

La Commission européenne va infliger mercredi une amende record d'environ 4,3 milliards d'euros à Google, annonce l'agence de presse Bloomberg. C'est l'équivalent de la contribution annuelle des Pays-Bas envers l'Europe...

Mais relativisons: en 16 jours seulement, Alphabet (la maison mère de Google) réalise un chiffre d'affaire équivalent, elle qui génère annuellement 110 milliards de dollars.

Pourquoi ?

Cette sanction financière est destinée à punir l'entreprise américaine pour avoir abusé de la position dominante de son système d'exploitation pour smartphone, Android, afin de maintenir sa suprématie dans la recherche en ligne.

Le dossier antitrust Android était dans le collimateur de la Commission depuis plusieurs années. Dans ses griefs adressés le 20 avril 2016 à Google, elle accusait premièrement le géant des services technologiques d'obliger les fabricants de smartphones, tels le coréen Samsung ou le chinois Huawei, à préinstaller "Google Search" et à le paramétrer comme service de recherche par défaut, ou exclusif, sur la grande majorité des appareils sous Android vendus en Europe.


Des accords avec des fabricants et des opérateurs

D'après l'exécutif européen, l'entreprise de la Silicon Valley a également empêché les fabricants de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous des systèmes d'exploitation concurrents basés sur le code "open source" d'Android. Par ailleurs, elle a accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles à la condition qu'ils préinstallent en exclusivité Google Search sur leurs appareils.

En juin 2017, l'exécutif européen avait déjà infligé une amende de 2,42 milliards d'euros à Google pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix "Google Shopping", au détriment de services concurrents.

Google fait appel

Sans surprise, le géant américain compte user de toutes les ficelles juridiques pour éviter de payer. "Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins (...) Nous allons faire appel de la décision de la Commission", a affirmé un porte-parole de Google dans un communiqué.

Vos commentaires