En ce moment
 
 

Ankara menace à nouveau de geler ses relations avec l'UE

 
La Turquie menace de nouveau de "geler" ses relations avec l'Union européenne si une solution n'est pas trouvée à la division de Chypre lorsque la présidence tournante de l'UE reviendra à la République de Chypre en juillet 2012, a déclaré le vice-premier ministre turc Besir Atalay. "Si les négociations (sur Chypre) n'ont pas une issue positive et si l'UE donne la présidence (de l'Europe) à Chypre du sud, la crise sera principalement entre l'UE et la Turquie. Parce que nous gèlerons nos relations avec l'UE (...) Cela provoquera une rupture majeure dans nos relations avec l'UE", a-t-il prévenu samedi soir, sur une télévision de la république autoproclamée de Chypre du nord. La Turquie ne reconnaît pas la République de Chypre (internationalement reconnue) qui ne représente que les Chypriotes-grecs. Elle reconnaît en revanche la République turque de Chypre du nord (RTCN), où vit la communauté turque. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a menacé à plusieurs reprises d'un gel des relations avec l'UE, sur la question chypriote. Le dossier chypriote a très peu évolué depuis 2004, quand les Chypriotes-grecs ont massivement rejeté un plan onusien de réunification qui avait été accepté par les Chypriotes-turcs. Peu après ce référendum, la secteur grec de l'île à adhéré à l'UE, une adhésion accompagnée de promesses européennes d'aides à la RTCN, qui selon les Turcs, n'ont pas été suivies d'effet. (ROJ)

 

Vos commentaires