En ce moment
 
 

Anuna De Wever et Adélaïde Charlier font voile vers la COP25 au Chili

Anuna De Wever et Adélaïde Charlier font voile vers la COP25 au Chili

(Belga) Une trentaine de jeunes Européens, dont les leaders du mouvement "Youth for Climate Belgique", Anuna de Wever et Adélaïde Charlier, sont partis mercredi après-midi des Pays-Bas d'où ils rejoindront, en voilier puis en bus, le Chili, où se tiendra en décembre la 25e conférence des Nations unies sur le climat (COP25).

L'initiative "Sail to the COP" souhaite attirer l'attention sur les conséquences négatives de l'industrie aéronautique sur le climat et sur la nécessité de rechercher des alternatives durables.  Les 34 jeunes qui navigueront à bord du voilier "Regina Maris", en compagnie de son capitaine et d'un équipage de cinq personnes, profiteront du voyage pour réfléchir à des mesures censées faciliter la transition vers des modes de déplacements plus équitables et durables tels que le train, le vélo, le bus ou le bateau. Parmi ces jeunes, figurent donc Anuna De Wever et Adélaïde Charlier, deux figures de proue du mouvement "Youth for Climate Belgique", à l'origine des grèves des élèves. Les autres participants sont des étudiants militants et des travailleurs mobilisés par la protection de l'environnement. Le périple, d'une durée totale de sept semaines environ, les conduira de Scheveningen, aux Pays-Bas, à Recife, au Brésil, en passant par Casablanca, Tenerife et le Cap Vert. Les jeunes rencontreront début novembre, en Amazonie, des chefs de tribus indigènes et des responsables d'organisations environnementales. De Rio de Janeiro, où ils sont attendus vers le 20 novembre, les participants à "Sail to the COP" se rendront ensuite en bus jusqu'à Santiago, au Chili, où la COP25 se déroulera du 2 au 13 décembre. Avant leur grand départ, Adélaïde Charlier a pris la parole pour "Youth for Climate Belgique", rappelant les 20 jeudis de grèves pour le climat organisés en début d'année dans notre pays et le pourquoi de ce mouvement. "Nous pensons qu'il y a un fossé entre ce que les responsables politiques sont en train de faire et ce que les scientifiques disent", a justifié le jeune femme. "Maintenant, il est vraiment important pour nous de délivrer notre message de l'autre côté du monde sans prendre l'avion." De son côté, la jeune égérie suédoise de la lutte pour le climat, Greta Thunberg, avait traversé l'Atlantique à bord d'un voilier zéro émission carbone pour assister au Sommet spécial des Nations unies sur le climat, le 23 septembre à New York. (Belga)

Vos commentaires