En ce moment
 

Après #MeToo, la revanche des oubliées de l'histoire

Après #MeToo, la revanche des oubliées de l'histoire
Donna Strickland celèbre son prix Nobel de physique avec ses collègues et étudiants de l'université de Waterloo, le 2 octobre 2018 au CanadaGeoff Robins
histoire

Réduire les inégalités hommes-femmes en se tournant vers le passé ? Plusieurs initiatives oeuvrent en ce sens, en faisant le portrait des "oubliées" de l'histoire -- femmes scientifiques, artistes ou politiques-- dont le travail a été passé sous silence.

"Tout ce que nous vivons depuis un an (avec le mouvement #MeToo) pousse dans ce sens, c'est un mouvement profond de redécouverte des femmes, de leur individualité, de leur rôle dans l'histoire", dit à l'AFP l'universitaire Michelle Perrot. "C'est un mouvement qui a des répercussions dans l'histoire", dit-elle.

Une tâche à laquelle s'attelle l'association francophone "Les sans pagEs", qui essaie de combler l'immense fossé entre les biographies d'hommes et de femmes sur Wikipédia, dans la foulée du projet anglophone "Women in Red".

"Sur Wikipédia, on trouve bien sûr une page sur Simone de Beauvoir mais pas sur toutes les femmes qui ont fait des choses remarquables", déplore Natacha Rault, des sans pagEs.

La Canadienne Donna Strickland, Prix Nobel de physique 2018 et spécialiste du laser, était ainsi inexistante dans l'encyclopédie en ligne jusqu'à l'annonce de sa récompense mardi, à la différence de deux autres récipiendaires, de sexe masculin.

"Souvent une femme est décrite par ses relations affectives avec des hommes puissants, ou elle est tout simplement absente" du site internet, un des dix plus visités au monde, explique la contributrice. A l'instar de la femme de lettres Lou-Andréas Salomé, longtemps présentée uniquement comme proche de Rilke, Nietzsche et Freud.

- 17% -

Encyclopédie en ligne fonctionnant grâce à des contributeurs bénévoles -- en grande majorité des hommes (80%), jeunes, très diplômés, issus de pays développés -- Wikipédia ne compte que 17% de fiches biographiques consacrées à des femmes.

"Nous pensons que cela est un problème (...) et nous disons aux femmes: +Venez, nous avons besoin d'aide+", avait lancé Jimmy Wales, le fondateur lors d'un entretien à l'AFP.

Pourquoi une si faible présence féminine parmi les contributeurs ? L'existence de tensions et d'affrontements entre contributeurs constitue un premier frein. D'où la nécessité de sensibiliser les futures contributrices au fonctionnement de la communauté et aux règles de publication.

En deux ans, quelque 3.300 portraits de femmes ont été crées sur Wikipédia (francophone) grâce au travail de l'association, soit une amélioration de près de deux points.

Mais les bonnes volontés butent également sur d'autres écueils: le manque de sources (articles de presse, biographies consacrées à des femmes) pour écrire les articles.

Conscient d'avoir longtemps favorisé des nécrologies d'"hommes blancs", le New York Times a lancé au printemps dernier le projet "Overlooked", consistant à faire le portrait de personnalités qui n'avait pas eu droit à une ligne à leur décès.

Une quarantaine de biographies ont été publiées depuis mars et la section dédiée sur le site a été visitée par "des millions de lecteurs", indique-t-on en interne.

La romancière Charlotte Brontë (1855), la poétesse Sylvia Plath (1963) et la photographe Diane Arbus (1971) font partie de ces personnalités qui avaient été "négligées".

Le grand journal new-yorkais a également reçu 3.300 propositions de portraits de la part de lecteurs, enthousiastes face à ce projet.

Vos commentaires