En ce moment
 

Assemblée générale des Nations unies - Reynders évoque l'arrestation de l'étudiante Amaya Coppens avec un ministre nicaraguayen

AFFETR

(Belga) Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a évoqué vendredi le dossier de l'étudiante belge arrêtée au Nicaragua Amaya Eva Coppens avec le ministre nicaraguayen de la Politique nationale Paul Oquist, en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York. Le vice-premier ministre a souligné l'importance de l'assistance consulaire et de la nécessité d'avoir accès au dossier.

Amaya Coppens fait partie des opposants arrêtés pour avoir manifesté contre le régime du président Daniel Ortega. L'étudiante de 23 ans dispose aussi de la nationalité nicaraguayenne et a été arrêtée pour avoir commis des "actes terroristes". "J'ai demandé à ce que la jeune femme obtienne une aide consulaire ou à tout le moins humanitaire, et à ce que nous ayons accès à son dossier afin de pouvoir vérifier le bien-fondé de son arrestation", a indiqué Didier Reynders. Le ministre des Affaires étrangères ne dispose pas des éléments du dossier, mais ceux-ci sont très légers, selon la famille de l'étudiante. C'est la première fois que l'arrestation d'Amaya Coppens est évoquée au niveau politique. Paul Oquist a promis d'étudier l'affaire et les deux ministres ont convenu que leurs deux représentations permanentes à New York garderaient le contact. La situation doit également être suivie par le consulat belge au Panama et un avocat luxembourgeois au Nicaragua. Le président nicaraguayen Daniel Ortega est confronté depuis cinq mois à une vague de protestation sociale d'une ampleur inédite dans son pays. Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la sécurité sociale, vite abandonné, elle a été violemment réprimée. La crise a déjà fait plus de 320 morts et 2.000 blessés, plus de 300 manifestants ont été arrêtés et au moins 400 médecins et enseignants licenciés. "Si le dialogue entre les différentes parties au Nicaragua est engagé, ce sera la possibilité de relâcher quelque peu la pression en libérant quelques personnes. J'ai l'impression que cette jeune femme fera partie des premiers (à être libérés), si ce qu'on nous a dit est vrai", selon M. Reynders. (Belga)

Vos commentaires