En ce moment
 
 

Athlétisme: Sebastian Coe, une réélection annoncée

Athlétisme: Sebastian Coe, une réélection annoncée
Le Britannique Sebastian Coe, président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), en conférence de presse à à Doha, le 23 septembre 2019STRINGER

Aucun suspense à prévoir: seul candidat à sa succession, le Britannique Sebastian Coe sera reconduit à la tête de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), lors du Congrès prévu mercredi à Doha (Qatar), pour poursuivre quatre ans de plus le travail de redressement d'une instance toujours secouée par des scandales de dopage.

A deux jours des Mondiaux dans le petit émirat gazier du Golfe Persique (27 septembre - 6 octobre), les 214 pays membres de l'IAAF vont renouveler leur confiance à l'ex-roi du demi-fond (champion olympique du 1500 m en 1980 et 1984), arrivé aux commandes en 2015 d'un sport en plein marasme, gangréné par le supposé pacte de corruption qui liait la Russie et le clan Diack, l'ex-président Lamine (1999-2015) et son fils Papa Massata.

Alors que le Sénégalais a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour "corruption active et passive", "abus de confiance" et "blanchiment en bande organisée" pour avoir obtenu des fonds russes en échange de l'indulgence des services antidopage de l'IAAF, Coe (62 ans) peut s'enorgueillir d'avoir relevé le défi de la normalisation de l'institution en se lançant dans une série de réformes.

Création en 2017 de l'AIU, l'Unité d'intégrité de l'athlétisme, structure indépendante chargée de juger les questions d'éthique et de dopage, tentative de refonte du calendrier, remodelage de la Ligue de diamant, suspension de la Russie après la découverte d'un vaste scandale de dopage institutionnel: les chantiers n'ont pas manqué pour le Britannique, élu en 2015 face à l'ex-perchiste Sergeï Bubka, qui a également dû gérer le vide sportif et médiatique laissé par la retraite de la légende du sprint Usain Bolt en 2017.

- Miné par le dopage -

Le patron du premier sport olympique a d'ailleurs fait de la conquête du grand public l'une des priorités de son second mandat à l'heure où l'athlétisme a bien du mal à voir émerger de nouvelles têtes d'affiche.

"Les quatre prochaines années, j'espère, seront clairement axées sur ce qui aidera notre sport à grandir encore plus, a-t-il déclaré à l'AFP. Nous ne pouvions pas faire cela tant que nous n'avions pas vraiment sécurisé la maison alors que celle-ci s'effondrait avec les scandales de dopage et de corruption. On doit encore faire mieux pour pouvoir raconter une histoire à nos fans à travers la modification du calendrier et des innovations à mettre en place autour des meetings d'un jour."

Malgré cette volonté réformatrice, l'environnement est toutefois loin d'être assaini et l'athlétisme reste miné par les affaires de dopage. Le contentieux avec la Russie, dont la suspension a été maintenue lundi par le Conseil de l'IAAF, n'a toujours pas été résolu et d'autres scandales sont venus ternir l'image de la discipline juste avant l'ouverture des Mondiaux (trois contrôles antidopage manqués par le sprinteur Christian Coleman, blanchi par l'Agence antidopage américaine et présent à Doha, soupçons contre des athlètes kényans révélés dimanche par la chaîne allemande ZDF). De quoi parasiter la tenue de l'évènement.

"Nous avons un record de pays-participants aux Championnats du monde, il y a plus de 40 pays capables de gagner des médailles, nous sommes l'un des deux sports universels et les athlètes et les fédérations à qui j'ai parlé sont uniquement concentrés là-dessus et pas sur d'autres sujets, a pourtant assuré Coe lundi. Certes, ce sont des défis auxquels on doit faire face mais ils ne sont pas les plus importants. Nos défis les plus importants sont de maintenir notre sport au top, de rester excitant pour les plus jeunes et de voir émerger de nouveaux talents durant les 10 prochains jours."

Outre l'élection du président, le Congrès de l'IAAF doit aussi procéder à celle de 17 membres du Conseil (4 vice-présidents et 13 simples membres), en plus éventuellement de modifier les règles de certaines compétitions ou d'introduire de nouvelles disciplines.

Vos commentaires