Attentat de Kaboul: mort du "héros" qui courait à la rescousse des victimes

A chaque attentat-suicide perpétré contre ses coreligionnaires chiites à Kaboul, Wakil Hussain Allahdad, laissait tout tomber et courait à leur rescousse. Mais il a succombé dimanche à la dernière attaque en date, revendiquée par le groupe Etat Islamique.

M. Allahdad, habitué à se précipiter sur les lieux d'attentats pour aider les blessés et évacuer les morts, a lui-même été mortellement blessé dimanche lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser au milieu d'une foule devant un centre d'enregistrement électoral. Le dernier bilan connu est d'au moins 57 morts et plus de 100 blessés.

Wakil Hussain Allahdad était occupé à servir ses clients dans sa boutique de photographie de l'autre côté de la rue lorsque la déflagration s'est produite, a expliqué lundi à l'AFP son frère aîné Ghulam Sakhi Allahdad.

Ce père de quatre enfants de 32 ans avait récemment ouvert cette échoppe dans l'espoir de gagner de l'argent grâce à la vente de photos d'identité, nombre de gens en ayant besoin pour s'inscrire sur les listes électorales dans la perspective des élections législatives annoncées pour octobre.

L'explosion l'a laissé inconscient, avec une plaie à la tête saignant abondamment. Emmené à l'hôpital Isteqlal puis transféré dans un service d'urgence de l'ONG italienne Emergency, M. Allahdad y est décédé peu après.

Ses deux collègues et plusieurs de ses clients ont également péri dans l'explosion.

M. Allahdad, qui pratiquait aussi la lutte en compétition, était bien connu de la communauté chiite.

Après avoir assisté à la mort de plusieurs de ses amis lors d'un attentat à la bombe revendiqué par l'EI visant la communauté chiite hazara en juillet 2016, il avait fait le vœu de venir en aide aux futures victimes, a indiqué à l'AFP son frère cadet Ahmad Hussain Allahdad.

Depuis lors, les fondamentalistes sunnites de l'EI ont à plusieurs reprises visé les chiites de Kaboul, tentant par là d'attiser les violences inter-religieuses.

A chaque attentat, M. Allahdad se précipitait pour aider.

"Il était toujours là pour son peuple. A chaque fois qu'il y avait une attaque terroriste, il lâchait tout et courait sur les lieux", a ajouté Ghulam Sakhi Allahdad.

"Il sauvait les gens, peu importe qui ils étaient".

- Admiration -

D'immenses affiches montrant le visage de M. Allahdad et celui d'autres victimes de l'attaque de dimanche sont apparues dans les rues du voisinage.

Touchés par son courage, de nombreux Afghans ont inondé les réseaux sociaux de messages d'admiration.

C'était "un vrai héros et un homme courageux", écrit sur Facebook un internaute, Mustafa Hasas, où il publie plusieurs photos du jeune homme barbu.

"C'était un guerrier. Il était si courageux. A presque chaque incident mortel il était là pour aider les gens", poursuit-il.

"Je n'arrive pas à croire qu'il n'est plus parmi nous. C'est un désastre pour notre société. Il était toujours là, solide comme un roc, derrière les siens", renchérit un autre, Azim Hajizada.

Parmi les photos de lui qui circulent, on peut en voir une de l'AFP datant du 11 octobre 2016 sur laquelle on voit un homme à l'air bouleversé, portant une jeune fille vête de bleu et couverte de sang.

Il s'agit bien de M. Allahdad, selon ses frères. Il s'était rendu sur les lieux d'une attaque contre des pèlerins chiites à Kaboul.

"Sa mort est inimaginable pour moi et pour beaucoup de gens ici", lâche un habitant du quartier nommé Reza. "C'était un héros, un héros invincible. Après (...) avoir sauvé tant de vies, tant de victimes, il n'aurait jamais pensé en devenir une lui-même".

Vos commentaires