Au moins 150 migrants centraméricains sont au pied du mur pour passer la frontière américaine (vidéo)

Au moins 150 migrants centraméricains sont au pied du mur pour passer la frontière américaine

Au moins 150 migrants centraméricains, qui font partie d'une caravane qui avait déclenché l'ire du président américain Donald Trump, sont arrivés dimanche à Tijuana au Mexique, à la frontière avec les Etats-Unis, décidés à demander l'asile à Washington.

C'est le bout du chemin. L'extrémité du mur qui plonge dans le Pacifique à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Ils sont encore 150 sur une caravane d'un millier. Partis fin mars du sud du Mexique, leur but est de passer la frontière.

Wendi Yaneri Garcia, réfugiée hondurienne porte un enfant sur son dos. Elle est confiante: "Je n'ai pas peur parce que j'ai confiance en Dieu et je sais que rien ne m'arrivera".

Ils viennent principalement du Salvador, du Honduras et du Guatemala. L'objectif de leur marche, baptisée le chemin de croix des migrants, est de dénoncer le sort de ces candidats réfugiés d'Amérique centrale, qui essayent de traverser le Mexique à pied pour rejoindre les Etats-Unis.

Nicole Ramos, avocate américaine au service des réfugiés prend la parole devant tout le monde: "Nous avons créé ces situations de crise en Amérique centrale et il est de notre responsabilité d'aider à protéger les victimes que nous avons créées. À bas le nationalisme blanc, à bas le racisme. Respectons les droits de l'homme!"

En avril, des images de cette caravane avaient déclenché la colère de Donald Trump qui avait déployé la garde nationale à la frontière pour les empêcher de passer.

Linda, réfugiée salvadorienne: "Nous ne sommes pas des délinquants. Nous sommes des mères, des pères, des enfants. Le nouveau futur et les nouvelles opportunités de la vie et nous le supplions de nous écouter."

La plupart de ces migrants ont décidé de se présenter aux autorités américaines pour déposer des demandes d'asile. Ils devraient être placés en centre de détention, le temps qu'on étudie leurs cas.


Vos commentaires