En ce moment
 
 

Audiences des chaînes d'info: CNews devant BFMTV le 3 mai

Audiences des chaînes d'info: CNews devant BFMTV le 3 mai
CNews s'est classée lundi en tête des audiences des chaînes d'info, devançant BFMTV pour la première fois depuis la grève qui avait plombé sa rivale en juin 2020Lionel BONAVENTURE
 
 

CNews s'est classée lundi en tête des audiences des chaînes d'info, devançant BFMTV pour la première fois depuis la grève qui avait plombé sa rivale en juin 2020, selon des données de Médiamétrie diffusées mardi.

La chaîne d'info de Canal+ (filiale de Vivendi) a récolté lundi une part d'audience de 2,7%, toutes catégories de téléspectateurs confondus, contre 2,5% pour BFMTV (chaîne d'Altice), 1,2% pour LCI (groupe TF1) et 0,7% pour la chaîne publique franceinfo.

C'est une première pour CNews, qui a succédé en 2017 à iTELE, et qui n'avait jamais jusqu'ici devancé BFMTV en termes d'audience moyenne sur l'ensemble d'une journée, hormis durant la grève très suivie qui avait touché les médias d'Altice en juin dernier.

Elle est la conséquence d'une progression d'audience notable et régulière de CNews, tirée surtout par ses locomotives en fin d'après-midi et en soirée : les émissions phares "Face à l'info" et son éditorialiste star Eric Zemmour, et "L'Heure des Pros" animée par Pascal Praud, régulièrement plébiscitées par les téléspectateurs.

Cependant, BFMTV garde pour l'instant un large avantage au niveau des audiences mensuelles. Selon des chiffres de Médiamétrie publiés lundi, elle a récolté en avril une part d'audience de 2,9%, en baisse d'un demi-point sur un an (dans un contexte moins porteur pour les chaînes d'info en termes d'actualité), contre 1,8% pour CNews (+0,4 point).

La chaîne a vu son audience décoller depuis qu'elle a recruté Eric Zemmour en octobre 2019, après un violent discours anti-immigration et anti-islam prononcé lors d'un rassemblement autour de l'ancienne députée FN Marion Maréchal, et pour lequel il a été condamné.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a récemment sanctionné CNews d'une amende de 200.000 euros pour "incitation à la haine" et "à la violence" après des propos du polémiste sur les migrants mineurs isolés qui avaient déclenché un tollé.

La chaîne a fait fi jusqu'ici des polémiques suscitées par les propos de son éditorialiste vedette, qui lui valent de vives critiques, et a par ailleurs décidé de le maintenir sur son antenne, alors qu'il est visé par plusieurs accusations d'agressions sexuelles révélées ces derniers jours notamment par la presse.




 

Vos commentaires