En ce moment
 

Aux Etats-Unis, les dispenses religieuses et philosophiques contre les vaccins font débat

Aux Etats-Unis, les dispenses religieuses et philosophiques contre les vaccins font débat
La flambée des cas de rougeole aux Etats-Unis, comme dans d'autres pays, a relancé le débat sur la facilité avec laquelle les parents américains peuvent obtenir pour leurs enfants des exemptions contNICHOLAS KAMM

La flambée des cas de rougeole aux Etats-Unis, comme dans d'autres pays, a relancé le débat sur la facilité avec laquelle les parents américains peuvent obtenir pour leurs enfants des exemptions contre les vaccins obligatoires.

159 personnes ont attrapé la rougeole dans 10 Etats américains depuis le 1er janvier, mais un foyer illustre les dangers de ces exemptions pour raisons religieuses, personnelles ou philosophiques: le comté de Clark, juste au nord de la ville de Portland. S'y concentrent 65 cas, dont 47 enfants de moins de 10 ans. La quasi-totalité d'entre eux n'étaient pas vaccinés.

Il y a 15 ans, dans ce comté, 96% des écoliers de 5 ans étaient vaccinés contre la rougeole. En 2017-2018, la proportion était tombée à 84%.

Dans certaines écoles, surtout privées, le taux de vaccination pour la rougeole, les oreillons et la rubéole - le vaccin ROR - était de 20 ou 30% seulement. Plus de la moitié des élèves a une dispense dans certains établissements.

Les élus locaux de l'Etat de Washington ont réagi à l'épidémie en lançant l'examen d'un projet de loi qui éliminerait la dispense vaccinale pour raisons personnelles ou philosophiques (le motif religieux resterait en place).

Aux Etats-Unis, ces dispenses sont largement autorisées. Seuls trois Etats sur 50 (Californie, Mississippi et Virginie occidentale) ne les permettent pas.

La Californie a mis fin à l'exemption pour convictions personnelles en 2015. Seule la dispense pour raison médicale y reste autorisée.

Ces dernières années, d'autres Etats ont durci leur législation. Le Connecticut oblige les parents à fournir une déclaration annuelle et notariée pour toute exemption religieuse. Le Delaware permet depuis 2015 d'exclure temporairement un enfant non vacciné de l'école en cas d'épidémie.

Aujourd'hui le Vermont veut se débarrasser de l'exemption religieuse, après avoir supprimé le motif philosophique il y a quatre ans, selon le Washington Post. Arizona, Iowa, Minnesota ont également vu des projets de loi déposés récemment.

- Disparités -

En général, aux Etats-Unis, le taux de vaccination des enfants ne s'est pas effondré.

Il reste stable, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui surveillent de près les tendances. Environ 95% des enfants de cinq ans (kindergarten) avaient reçu les vaccins ROR, contre la varicelle et DTaP (diphtérie, tétanos, coqueluche) en 2017-2018.

Mais ce taux national cache de fortes disparités régionales, voire d'une école à une autre, comme l'exemple de Clark County l'illustre.

Et des signaux inquiètent les autorités sanitaires. L'année scolaire dernière fut la troisième consécutive d'augmentation du nombre de dispenses, même si la hausse est modeste.

Et la proportion d'enfants atteignant deux ans sans avoir reçu aucun vaccin croît elle aussi, doucement: de 0,9% des enfants nés en 2011 à 1,3% de ceux nés en 2015, alors que le phénomène était quasi inexistant au début du siècle.

Les exemptions n'expliquent pas à elles seules pourquoi des enfants ne sont pas vaccinés. Le grand nombre de vaccins recommandés dans les deux premières années de la vie (contre 14 maladies, recommandent les CDC) nécessite une discipline que tous les parents n'arrivent pas à suivre, notamment pour ceux qui nécessitent trois ou quatre doses.

- Audition parlementaire -

Le problème de l'accès aux assurances médicales est un autre problème. Les enfants non assurés sont représentés de façon disproportionnée parmi les non vaccinés, pointent les CDC.

Au Congrès américain, des élus commencent à se mobiliser, incités par l'épidémie de rougeole.

La maladie contaminait pratiquement tous les enfants américains avant le vaccin, en 1963, et tuait 400 à 500 personnes par an aux Etats-Unis. En 2000, elle a été déclarée éradiquée. Mais depuis, selon les années, entre une cinquantaine et plus de 600 cas (2014) sont apparus chaque année.

Que font les CDC? ont demandé récemment deux sénateurs, une démocrate et un républicain, en s'inquiétant des "poches de gens non vaccinés".

Une audition sur le sujet aura lieu mercredi à la Chambre des représentants.

Vos commentaires