En ce moment
 

Axelle Red rencontre des réfugiés syriens en Jordanie: "On pourrait tous être dans le cas de celui qui perd son enfant, son boulot et sa dignité"

Depuis le début du conflit, des milliers de syriens ont fui leurs terres. Parmi eux, certains ont trouvé refuge dans le camp d'Azraq en Jordanie. La chanteuse Axelle Red, également ambassadrice de Handicap International, s'est rendue sur place afin d'apporter son soutien à tous ceux qui ont fui leur pays en guerre et qui sombrent, peu à peu, dans l'oubli. Nos journalistes Nathanaël Pauly et Guillaume Wils ont assisté à ces rencontres.

Axelle Red, ambassadrice de Handicap International, est depuis lundi au camp de réfugiés d'Azraq en Jordanie. L'ONG y apporte un soutien aux Syriens qui ont fui la guerre civile, avec une attention plus particulière aux blessés et aux personnes vulnérables.

Azraq est un camp de réfugiés situé dans le désert, à cent kilomètres de Amman, capitale de la Jordanie. La sécurité y est maximale, presque militaire. 

Lors de sa visite, la chanteuse belge a notamment rencontré Fadi et sa famille, des réfugiés syriens. Leur histoire ressemble à celle de beaucoup d'autres syriens. "Un jour, je suis sorti de chez moi pour aller acheter un peu de nourriture pour ma famille et moi. J'ai alors reçu une balle dans la tête. Le même jour, trois autres personnes qui étaient autour de moi ont aussi été touchées par les balles", raconte Fadi au micro de Nathanaël Pauly et de Guillaume Wils.

Emmené par sa famille jusqu'en Jordanie, Fadi a été opéré et sauvé. Depuis, il vit dans le camp d'Azraq. Grâce au travail des médecins et des bénévoles, il peut marcher à nouveau.


"Ça pourrait nous arriver"

"On pourrait tous être dans le cas de celui qui perd sa maison, qui perd son enfant, qui perd son bras, qui perd son boulot et sa dignité. Ça peut nous arriver. La Syrie était un pays complètement développé", souligne Axelle Red. 

Ambassadrice de Handicap International, la chanteuse veut attirer l'attention sur le sort de ces réfugiés et éviter la banalisation de ce conflit qui dure depuis plus de sept ans et qui a déjà fait près de 500.000 morts, 13 millions de déplacés dont 1.500.000 en Jordanie.

"Le jour où mon fils ira mieux et pourra se déplacer, j'aimerais retourner en Syrie. J'ai trois filles qui vivent encore là-bas", explique la mère de Fadi.


Une assistance psychosociale

"Une des difficultés du travail humanitaire est de savoir quand on va pouvoir commencer à ce que les gens puissent rentrer chez eux. Pour l'instant, on en sait rien donc c'est extrêmement difficile de planifier", indique Jean Van Wetter, directeur général de Handicap International Belgique.

Les équipes de Handicap International mènent, en Jordanie, depuis 2012 des activités autour de la revalidation fonctionnelle (kinésithérapie et ergothérapie). Elles apportent une assistance psychosociale et fournissent des béquilles, des chaises roulantes ou encore des prothèses et des semelles.

Environ 650.000 hommes, femmes et enfants vivent actuellement en exil en Jordanie. Plus de 139.000 personnes ont trouvé refuge dans les camps de Zaatari et d'Azraq, tandis que les 80% restants vivent en dehors des camps.

Vos commentaires